par

Facebook, actualités Facebook, groupe forum

Tourdumondiste : le site de référence pour préparer votre tour du monde

Comment financer son tour du monde ?

Photo d'introduction de l'article

Pour partir en tour du monde, il faut pouvoir le payer. En moyenne, un tour du monde d’un an revient à 14 500 € (Voir notre page budget tour du monde) et même si on peut le réaliser pour bien moins que ça, il s'agit tout de même d'une somme importante. Comment faire pour financer son voyage ? Il existe plusieurs solutions.

Notre enquête : comment les tourdumondistes financent leur voyage ?

comment les tourdumondistes financent leur voyage

Voir notre grande enquête sur les tours du monde au complet.

Économiser

Pour ceux qui ont un boulot, la meilleure solution, c’est tout simplement de mettre de l’argent de côté. Même avec un salaire moyen, il est possible d’économiser. Il suffit de prendre un logement pas trop grand, si possible en colloc, de se limiter sur les restos et les sorties, de prendre les transports en commun et de ne pas succomber aux tentations du shopping.

Tirelire

Trouver des sponsors

Choisir un projet, monter un dossier et prospecter des sponsors est difficile et prend beaucoup de temps. Une grande majorité des voyageurs qui partent en tour du monde n’ont d’ailleurs aucun sponsor. Cependant, si vous n’avez pas réussi à mettre assez d’argent de côté et ne souhaitez pas attendre pour partir en tour du monde, vous pouvez tenter de trouver des sponsors.

Choisir un projet

Pour espérer trouver un sponsor, il est nécessaire d’avoir un projet à présenter. Les sponsors peuvent être sensibles à un projet humanitaire, écologique, culturel ou sportif. Mais attention à ne pas ne pas bâtir votre projet dans le seul but de trouver un sponsor. Il est important de trouver un projet qui vous tienne vraiment à cœur.

Quelques idées

Voici quelques idées de thématiques pour un tour du monde, glanées sur Internet : microcrédit, vidéo, éco-responsable, vélo, cuisine, artisanat, trains, BD, stop, chez l’habitant, photo, plongée, à cheval, création d’entreprise, vin, écoles, football, micro-crédit, théâtre, musique, hôpitaux, photo… Cependant les projets altruistes ont le plus de chances d'aboutir.

Faites vous sponsoriser vous et toute votre famille !

Constituer un dossier

Il est important de bien ficeler son dossier pour arriver à convaincre les sponsors. Vous pouvez le présenter en pdf pour l’envoyer par email et éventuellement prévoir une version papier à envoyer par la poste mais le plus important, c’est d’avoir un site web qui présente clairement votre projet. Soyez créatifs pour vous démarquer. Une bonne vidéo de présentation peut faire la différence. Détaillez bien la visibilité que vous donnerez à vos sponsors sur votre site. Précisez bien le but de votre voyage et détaillez le budget pour que les sponsors sachent à quoi servira l’argent qu’ils vous donnent. Deux bons exemples de dossiers de sponsoring : le dossier de Romain Corraze et le dossier de J'ai une Ouverture

Faire sa promotion

Il sera plus facile de convaincre des sponsors si votre projet a déjà commencé à avoir des échos sur Internet et dans les média. Créez une page Facebook et afficher le nombre de fans sur votre site. Contactez également la presse locale qui pourra être sensible à votre projet. Il faut démontrer aux sponsors potentiels qu'en vous choisissant, ils vont par votre intermédiaire eux aussi gagner en visibilité.

Démarcher les sponsors

Les entreprises privées se laisseront plus facilement convaincre par une demande d’aide en nature que par une aide purement financière. Ciblez plutôt les PME que les grandes entreprises connues, qui sont assaillies de demandes de sponsoring. Envoyez votre dossier par email puis relancez par téléphone. Contactez également votre mairie, votre conseil général ou votre association de quartier, c’est en général là que l’on trouve le plus d’aides !

Solliciter une bourse de voyage

Plusieurs organisations peuvent financer des projets de tour du monde. Il faut s’y prendre longtemps à l’avance car il y a en général des dates précises pour déposer son dossier.

Zellidja

Montant accordé : 900 €
Age : entre 16 et 20 ans
Date limite d’inscription : 31 janvier
Site : www.zellidja.com

Millet, bourse MXP

Montant accordé : 15000 € et 40 000 € en matériel, déjà répartis, depuis 8 ans, dans l'ensemble des projets.
Age : pas d'age limite
Date limite d’inscription : 14 Sept au 11 Mars
Site : www.millet-expedition-project.com

Bourse AVI international

Montant accordé : 3 000 €, répartis entre 3 projets lauréats + assurance voyage AVI
Age : plus de 18 ans
Date limite d’inscription : 3 mai
Site : www.culture-aventure.fr

Bourses Expé

Montant accordé : 20 000 € répartis entre 5 projets
Age : plus de 18 ans
Date limite d’inscription : 1er mars
Site : www.bourses-expe.com

Bourse Déclics Jeunes de la Fondation de France

Montant accordé : 7 600 €
Age : entre 18 et 30 ans
Date limite d’inscription : 15 novembre
Site : www.fondationdefrance.org

La Guilde Européenne du Raid

Soutient les initiatives aventurières et solidaires. Elle peut vous aider à préparer votre projet et à le défendre auprès des différents donateurs. Elle s’occupe de notamment de la bourse :
Bourses Labalette Aventure

Utiliser les sites de crowdfunding

Les sites de crowdfunding permettent aux porteurs de projets de solliciter des dons sur Internet. En général, ils proposent des contreparties symboliques en échange de ces dons. Plusieurs projets de tour du monde ont déjà été financés de cette façon. Les deux principaux sites de crowdfunding en France sont www.ulule.com et www.kisskissbankbank.com

Travailler pendant le voyage

Travailler pendant votre tour du monde peut vous permettre de renflouer votre compte en banque en cours de route et même devenir un vrai mode de voyage. Au cours de nos voyages, on a rencontré de nombreux voyageurs qui travaillaient et on a été surpris de la créativité de certains pour gagner de l'argent en voyageant. Voilà quelques idées, des plus évidentes aux plus originales.

Solutions générales

Le Permis Vacances Travail (PVT)

Certains pays ont signé un accord avec la France permettant aux jeunes de voyager en étant autorisés à travailler pendant une durée d’un an maximum. Ces pays sont l’Argentine, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, le Japon, la Nouvelle-Zélande et Singapour. Il faut avoir entre 18 et 30 ans, sauf au Canada où l’âge maximum est 35 ans et Singapour où il est 25 ans. Certains pays imposent un quota de PVT, d’autres non.

Plus d’infos : pvtistes.net

Le Wwoofing

Le WWOOF (World-Wide Opportunities on Organic Farms) est un réseau mondial de fermes bio. Ces fermes accueillent les gens qui souhaitent partager leur quotidien et leurs travaux en l'échange du gîte et du couvert. Il ne permet donc pas de gagner d’argent mais d’économiser les frais de logement et de nourriture pendant un moment en s’intégrant à la vie du pays.

Plus d’infos : www.wwoof.fr

le grand classique la cueillette des fruits en Australie en PVT


Bénévole pour l'association de la sainte Mère Thérésa en Inde


Ne prend pas un crédit !

Travailler dans des auberges de jeunesse

Les auberges de jeunesse ont souvent besoin d’un coup de main pour faire le ménage ou à l’accueil. Elles peuvent offrir la nuit en échange de ses services.

Le freelance

Si vous avez un métier qui permet de travailler à distance, un PC et une connexion Internet peuvent vous permettre de travailler de partout dans le monde. Des sites comme www.odesk.com ou www.elance.com‎ mettent en relation les freelances et les employeurs. Il en existe beaucoup d'autres spécialisés par métier.

Le bénévolat

La plupart du temps vous ne serez pas payés. Dans certains cas, il faut même payer. Mais vous vivrez des expériences intéressantes et économiserez le gîte et le couvert.

Louer son logement

Si vous êtes propriétaires, louer votre logement peut vous procurer une source de revenus pendant votre voyage.

Prendre un crédit

J'ai emprunté une partie de l’argent dont ,j'avais besoin pour faire mon tour du monde. Je ne vous conseille vraiment pas cette solution car elle est risquée. Au moment du mon retour, commençait "LA CRISE". C'était moins évident de retrouver du travail. Heureusement pour moi, mon secteur d'activité (la création de site internet) était plutôt épargné. Et puis le retour, c'est déjà beaucoup de tracas. Mieux vaut ne pas en rajouter avec des dettes à rembourser.

Quelques solutions plus originales

L'import export

En gros, il faut trouver les spécialités d'un pays, produites localement, rencontrer directement les producteurs pour obtenir le meilleur prix. On renvoie le tout par container si c'est encombrant et on s'acquitte des taxes légales. Enfin, on revend ça plus cher dans un autre pays (le sien ou un autre).

On peut revendre ses produits sur les marchés, par internet avec ebay ou leboncoin, en faisant du porte à porte dans les magasins...

Dans le genre, j'ai rencontré des acheteurs de perles en Indonésie, de vêtements hippie en Thaïlande, de bijoux, de meubles en bois précieux et en bambou, d'oeuvres d'art typiques etc...

Mieux vaut avoir la fibre commerciale.

Faire de l'artisanat

Particulièrement en Amérique Latine, on rencontre une communauté que j'appelle "la secte des artisans voyageurs" qui vendent leurs fabrications sur les marchés ou simplement dans la rue ou sur les places.

Parmi eux, on rencontre toutes les nationalités, particulièrement des Argentins. Beaucoup fabriquent des bijoux en macramé et pierres semi-précieuses comme l'ambre ou la turquoise. D'autres fabriquent des sacs, de petits objets en terre cuite etc... Certains réalisent de véritables oeuvres d'art.

Faire à manger

Dans cette veine, j'ai rencontré trois voyageurs à dread locks français au Mexique qui louaient le four d'une boulangerie locale pour quelques heures par jour pour faire de délicieux petits pains au chocolat et des croissants qu'ils revendaient dans la rue. J'ai aussi rencontré un vendeur de quiches (français aussi). Quant à moi, j'ai dans l'idée un jour d'essayer de vendre des macarons.

Cette solution est particulièrement rentable d'après mes observations. Beaucoup de curieux locaux ou touristes sont tentés par les spécialités étrangères. Encore faut il avoir des talents de cuisinier.

Jouer de la musique

Quand on est musicien, jouer dans la rue, "au chapeau", peut vous rapporter un peu d'argent. Si vous êtes vraiment bons, vous pouvez espérer vous produire dans les bars et restaurants touristiques et négocier une bonne rémunération.

La musique est sans doute le meilleur moyen de rapprocher les cultures. Rien de plus universel.

Le cirque et le théâtre de rue

J'ai rencontré une merveilleuse danseuse californienne en houlaoop ainsi que des jongleurs de feu (bolasses, bâton, cracheurs...) qui étaient très appréciés dans les bars de stations balnéaires sur la plage.

Mais pour que ça marche il faut être réellement bon.

Etre artiste

Caricatures, peintures sur t-shirts, petites toiles etc...

A vos pinceaux si vous avez les dons et la passion.

Professeur de plongée

Moyennant un minimum de 1 500 dollars et en moins de trois mois, il est possible de passer toutes les certifications nécessaires pour devenir "Divemaster" dans un centre plongée.

Souvent, le centre qui vous a formé vous engage à la fin de votre formation. Un "Divemaster" gagne en général juste assez pour vivre sur place. Pour réellement gagner de l'argent, il faut passer le grade d'"Instructor". Vous gagnerez alors suffisamment pour économiser. Selon le lieu, on peut espérer gagner autour de 1 000 à 2 000 dollars par mois.

Gagner de l’argent avec son site de voyage

Si vous avez un site et que votre audience se développe, vous pouvez espérer gagner un peu d’argent avec. Mais cela nécessite d’avoir les compétences techniques pour réaliser un vrai site, pas juste un blog simpliste et d’avoir de bonnes connaissances en référencement naturel.

Tu as aimé cette page ?