par

Facebook, actualités Facebook, groupe forum

Tourdumondiste : le site de référence pour préparer votre tour du monde

Calcutta

Photo d'introduction de l'article

Nous prenons le train de nuit pour Calcutta. Nous avons entendu pas mal d’histoires inquietantes sur les trains au depart de Varanasi. Par exemple, le manager de notre hotel a Katmandou a accepte un the d’un inconnu dans un train. Apparemment c’etait un the tres relaxant car il ne s’est reveille que le lendemain, sans argent ni bagages… Nous investissons donc dans des chaines et des cadenas, histoire d’eviter les mauvaises surprises.

Apres une nuit de voyage finalement sans encombre (alleges quand meme d’un rouleau de papier toilette ayant servi a nettoyer la couchette), nous arrivons a Calcutta. La, c’est la surprise, au lieu des alignements de bidonvilles et de la misere associes a cette ville, nous decouvrons la ville la plus organisee et propre que nous ayons visite en Inde. De grandes avenues traversent la ville, sur lesquelles ne roulent que tres peu de deux roues, quasiment que des voitures. Ici, les taxis sont tous des “Ambassadors“ jaunes, un modele indien sorti tout droit des films policiers americains des annees trente. Calcutta est aussi la derniere ville en Inde a encore avoir des pousse-pousse tire a pieds. La ville est parsemee de centres commerciaux modernes et de grands parcs dans les quels tronent de grands monuments coloniaux anglais.

Notre Lonely Planet nous indique la presence d’un Pizza Hut. Encore en convalescence de sa difficile confrontation face aux bacteries Indiennes, Sylvain decide de faire un petit pelerinage vers ce haut lien de la gastronomie occidentale. Pas tres local, mais nos estomacs endoloris apprecient le cote aseptise. D’ailleurs nous remettons ca le soir meme au K.F.C. Le lendemain par contre nous voyons refuser l’entree dans un restaurant parce que nous ne somme pas assez habilles : “C’est un restaurant familial ici”.

Dans notre hotel, une petite affiche pres de l’accueil attire notre attention. Une chercheuse suisse du Centre de Recherche sur les Maladies Tropicales et du Voyageur de l’ONU cherche des volontaires atteins de tourista a etudier. Elle promet une recompense de 10 000 roupies si les cas est interessant ! Francois se sent concerne et choisit de tenter le coup, il remplit sont petit pot et se rend a la clinique. Il ne correspond malheureusement pas au cas recherche mais les antibiotiques prescrits par le medecin vont tout de meme lui permettre d’echapper au mal qui le ronge depuis maintenant trois semaines.

Pendant ce temps, Sylvain part a la decouverte du grand parc de Calcutta dans lequel se trouve le Victoria Memorial, construit par les Anglais, un melange entre la cathedrale Saint Paul de Londres et le Taj Mahal, magnifique. Ici les moeurs sont plus legeres que dans le reste de l’Inde. Il y a meme des couples qui s’embrassent en public, beurk ! Certains d’entre eux, assis sur la pelouse, prennent quand meme soin de s’entourer de parapluies ouvert pour empecher les regards indiscrets de troubler leur intimite. La scene est cocasse ! Dans une autre partie du parc se deroulent le plus grand nombre de matchs de foot jamais joues sur une meme pelouse. Il doit facilement y avoir 50 matchs en simultane. Pas facile de se frayer un chemin au travers pour rejoindre l’hotel, surtout que chaque equipe veut etre prise en photo au passage.

A l’hotel, nous faisons connaissance de deux francais de Mouvaux qui etudient a la catho (nous reconnaissons rapidement le style…). Ils sont venus a Calcutta pour travailler dans l’association de mere Theresa. Dans un autre registre, il y a aussi un Anglais, ancien dealer de coke qui enchaine les parties d’echecs contre un vieux Japonais tout droit sorti d’un manga et Celia, une francaise en stage dans le Darjeeling, forcee de rentrer a Calcutta par l’ambassade de France a cause d’emeutes qui ont eclate la bas.

Pour finir notre sejour en Inde, nous partons voir Sakar Raj, un film de Bollywood avec Celia au cinema. Evidemment c’est en Indi, mais nous nous disons qu’il ne devrait pas etre trop dur de deviner l’histoire. Manque de chance, nous tombons sur un thriller dans lequel s’enchainent de long dialogues en plan fixe. Autant dire que nous n’allons pas pouvoir vous faire le resume du film ici… Un dernier bon restaurant (on l’on nous fait le privilege de nous laisser entrer) et notre court sejour en Inde s’acheve.

Tu as aimé cette page ?