par

Facebook, actualités Facebook, groupe forum

Tourdumondiste : le site de référence pour préparer votre tour du monde

Little corn Island, le paradis du Nicaragua

Photo d'introduction de l'article

Les islas del Maiz ou Corn Islands se sont deux petites iles "Big Corn" et "Little Corn" au large de la côte Caraibe du Nicaragua. Des petits paradis tropicaux particulièrement Little Corn où l'on ne circule qu'à pied, en vélo ou en bateau. Mais au delà des plages de sable fin, des cocotiers et des poissons tropicaux, on trouve aussi ici une histoire et une culture toute particulière, des trafiquants de drogues, des expatriés aux personnalités incroyables et aussi des touristes. En touillant tout ça on obtient une atmosphère unique ...

Un lieu à part au Nicaragua

Un peu d'histoire

Comme toute la partie Caraibes du Nicaragua les Corn Islands ont appartenu aux anglais jusqu'en 1894. Par la suite les Américains ont dirigée toute cette région. Ce n'est qu'en 1972 que la region caraibes et avec elle les Corn islands ont été rattachées au Nicaragua.

Voilà qui explique pourquoi ce bout de Nicaragua est tellement différent du reste du pays

Les gens sont pas pareils

Aux Corn Islands les gens sont noirs et parlent Anglais avec un incroyable accent du genre Jamaicain pas du tout facile à comprendre. On voit un peu partout les couleurs rastas : le jaune, le rouge et le vert.

On y parle toute de même aussi espagnol. Les locaux sont bilingues anglais/espagnol et une minorité de Nicaraguayens de la côte Pacifique sont venus ici dans les années 80 pour échapper à la guerre et dans les années 90 pour profiter du tourisme.

Des gens du coin

La musique est différente

Même si on écoute aussi ici du regeton et les gros tubes internationaux, on y écoute surtout beaucoup de reaggea et de la musique country.

Ci-contre le vidéo clip Darling U de Philip Montalban un gars du coin. La vidéo est tournée sur Big Corn et Little Corn.

On mange aussi de la tortue

On trouve 3 espèces de tortues ici. Bien qu'elles soient toutes les trois en voie d'extinction on les trouve en relative abondance ici. Bien qu'elles soient théoriquement protégées la pêche de la tortue est tolérée ici. C'est une nouriture courante pour les locaux qui l'a cuisine comme vous l'avez déjà deviné avec de la coco.

Cependant à Little Corn les restaurants c'est pour les touristes. Les touristes ne mangeant pas de tortue on en sert rarement et c'est tant mieux.

Par contre à Bluefield (la capitale de la région sur le continent à 60 kilomètres de là) n'importe quel petit bouiboui sert de la tortue et ça n'a rien de touristique.

La viande de tortue à 4 dollars le kilo

On peut acheter librement de la viande de tortue pour pas plus cher que du poulet à 4 dollars le kilo.

J'ai gouté mais je me sens coupable

Comme la curiosité l'a emporté sur mes principes et qu'on m'a offert un petit morceau j'y ai gouté. J'ai pris une bouché de viande qui avait le gout de porc et la texture du boeuf bourguignon, humm pas mauvais. J'ai pris ensuite une bouché d'aubergine verte qui s'est avérée contenir un os. C'était de la nageoire de tortue. En voilà une surprise ! Moi qui croyait qu'il n'y avait que de la viande blanche et de la viande rouge j'ai découvert qu'il existe aussi de la viande verte et gluante par ailleurs. Eurrk !

On mange pas pareil nomplus

Manger ici coute cher et même si les arbres sont chargés de délicieux fruits tropicaux et que la mer regorge de poissons, la plupart de la nouriture est importée du continent. Difficile de manger quoi que se soit pour moins de 5 dollars.

Les voyageurs à petits budget se regroupent dans le seul hotel de l'ile qui met une cuisine à disposition ou se nourissent abondamment de pain de coco à 1 dollar.

On y mange beaucoup plus de coco qu'ailleurs au Nicaragua ici. Parmi les spécialités locale on trouve donc le pain de coco, les glaces coco, las caretas de coco (des biscuits de coco), le rundown, un plat mijoté dans le lait de coco etc...



La préparation du rundown

J'ai gouté à la tortue mais je me sens coupable

Le commerce de la langouste

Avant même le tourisme la première ressource de l'ile c'est la langouste. On les pêche ici de manière un peu trop intensive. Les pêcheurs ayant tendance à pêcher aussi les langoustes n'ayant pas atteint leur taille adulte et les femmelles qui portent des oeufs.

Quoi faire à Little Corn

Little Corn est bien un petit Paradis. le temps passe sans qu'on s'en appercoive et y reste coincé avec bonheur.

Faire le tour de L'ile

En quelques heures on fait le tour de l'ile tantot en longeant les plages de sable fin bordées de cocotiers tantot en marchant sur des étendues d'herbe aussi douce et moelleuse que celle des télétubbies. On s'arrête pour ramasser une noix de coco et en boire le jus ou prendre un bain dans l'eau limpide.

Voir les poissons

L'ile est entourée d'une barrière de corail est c'est un lieu magnifique pour faire du snorkeling ou de la plongée. On y voit des raies, des poissons perroquets, des tortues et même des petits requins de récif innofensifs. En plongeant la nuit avec un peu de chance on voit du plancton lumineux qui réagit au mouvement. C'est comme nager dans les étoiles. Si !

Aller pêcher

Pour 25 dollars Les locaux emmènent les touristes pêcher. La mer est généreuse ici et personne ne rentre jamais bredouille.

Glandouiller

Quoi de mieux que de bouquiner dans son hamac accroché devant son petit bungalow en bois directement sur la plage bercé par le bruit des vagues et des oiseaux ?

Peut être jouer aux cartes ou au dominos en sirotant son jus de coco agrémenté d'un peu de délicieux rhum "Flor de Cana" tout en regardant un beau coucher de soleil.

Faire la fête

En haute saison il y a pas mal de touristes et c'est la fête ou qu'on aille, on peut aller voir un concert (du reggae), jouer au billard, aller danser au bar reggae le "Aguila" ou se trouve la seule piste de danse de l'ile ou encore boire un petit rhum autour d'un feu sur la plage.

Le bar reggae le Aguila

En ballade autour de l'ile La pêche au harpon c'est possible aussi mais ça demande un peu de pratique

Moi j'étais la bas en basse saison. Le week end le Aguila se rempli tout de même d'une grande majorité de locaux.

L'ambiance est assez bizare la dedans. A l'intérieur c'est très sombre et quatres ou cinq personnes dansent couverts de petits points lumineux tourbillonants. Dans la cours un petit feu alimenté par un seau en plastique qui fond sur du bois humide crépite. Ca discute mais ça se dispute aussi. Des gars partent prendre de la cocaine dans les toilettes. Dans la salle de billard un touriste se fait siffler sa bière dès qu'il a le dos tourné. Un type pas clair casse une chaise dans un coin de la pièce. Un autre touriste hausse le ton parce qu'un local bien éméché trouve marrant de déplacer les boules sur la table de billard pendant qu'il joue. Une blonde essaie de se débarasser d'un grand rasta qui la drague.

Moi pendant ce temps je passe une bonne soirée à observer ce petit monde et à discuter foot et surtout du trafic de drogue local avec des gars sympas qui me font tourner la bouteille de rhum bon marcher avec laquelle ils sont rentrés dans le bar.

Le trafic de drogue

Au bar reggae alors que je demande innocemment à un local d'où vient toute la cocaine qui circule ici il me racconte qu'il était lui même un trafiquant de drogue autrefois et répond à toutes mes questions sur le trafic de drogue sur les iles.

Les trafiquants partent de colombie avec des bateaux à moteurs hyper puissants chargés de cocaine. Ils s'arrêtent d'ile en ile jusqu'à atteindre les Etats-Unis où se vend la plus grande partie. Les Corn Islands sont sur ce parcours.

La pêche au white lobster

Quand les trafiquants pensent être repérés par la police maritime ils larguent leur cargaison à la mer. Ils appellent alors leurs contacts sur l'ile, des pêcheurs, pour aller récupérer les paquets. Ils appellent ça pêcher "le white lobter", "la langouste blanche". Les pêcheurs revendent alors aux trafiquants la cocaine à 3000 dollars le kilos.

Romain un instructeur de plongée du coin me racconte qu'un touriste Italien à trouvé un kilo de cocaine en nageant la semaine précédente.

Le gars a pris le risque de contacter un trafiquant et au passage s'est payé la peur de sa vie. Il a finalement fait l'échange en mer accompagné d'un pêcheur et en est même sorti vivant avec 2000 dollars. Je ne garanti pas l'authenticité de cette histoire qui n'est certainement pas un modèle à suivre.

Le paradis attire des gens hors du commun

A Little Corn Island j'ai rencontré des étrangers étonnants venus s'installer sur cette ile attirés par ce petit paradis.

Gary le pote des Hells Angels

Gary, 60ans long cheuveux filassent, moustache et bras couverts de têtes de morts. Autrefois dans l'Arizona il aimait rouler sur sa Harley, se battre, boire beaucoup, se droguer parfois et les femmes un peu rop. Mais tout ça c'était il y a longtemps.

Maintenant il vit ici et passe le plus clair de son temps à la même place de son petit bar préféré au bord de la plage à boire des bières, lire et regarder la mer, les enfants jouer et les belles filles qui passent.

Helmut l'écrivain

Helmut travaillait comme régisseur sur les tournées de grands groupes. Un jour il est arrivé à Little Corn et à commencé une carrière d'écrivain de romans d'aventure.

Dave le vignoble

Dave est un canadien qui a construit une maison toute en terre sur son terrain et qui vit dans une tente à l'intérieur. Son projet s'est de faire du vin de carambol,ce fruit tropical en forme d'étoile.

"Rasta Punch" le rastafari animateur de radio

Rasta Punch c'est le nom d'un américain de 27 ans qui a créé la station de radio communautaire de Little Corn. Il est venu ici à 15 ans puis est revenu à 20ans pour ne plus en repartir. Ici Tout le monde respecte son travail et même si il ne lui rapporte pas un dollar il vit bien. Les gens du coin lui offre ce sont il a besoin pour vivre et ça fait des années que ça marche.

Pourtant un jour il partira vivre en Ethiopie et vivre son pelerinage rastafari sans retour.



Gary le pote des hellsangels bien tranquille au bar comme tous les jours


Dave le vignoble à l'intérieur de sa maison en terre
Rasta punch: un rastafari un vrai, animateur de radio
Tu as aimé cette page ?

Quelques autres articles en rapport ...