par

Facebook, actualités Facebook, groupe forum

Tourdumondiste : le site de référence pour préparer votre tour du monde

Travailler en voyageant | Dossier pratique

Photo d'introduction de l'article

Ceux qui entreprennent un très long voyage envisagent souvent de travailler en chemin. C'est une façon d'enrichir son expérience à l'étranger en se détournant du tourisme traditionnel et en s'intégrant mieux aux cultures rencontrées. Mêler travail et voyage est le meilleur moyen d'économiser de l'argent et même d'en gagner pour poursuivre son voyage aussi longtemps qu'on le souhaite et peut être même en faire un vrai mode de vie. Cet article se veut un guide du travail nomade mondial sous toutes ses formes.

Travail contre hébergement

Travailler en échange d’un hébergement est assez commun pendant un tour du monde et c'est un des meilleurs moyens de limiter ses dépenses de voyage. Pour quelques heures de travail par jour, vous êtes logé et parfois même nourri, mais pas question d'argent ici.

Rassurez vous, il ne s'agit pas pour autant d'exploitation déguisée. Les conditions de l'échange sont toujours simples et claires et vous laissent en principe beaucoup de temps libre. De toute façon, au moindre problème, rien ne vous retient, vous pouvez toujours repartir voyager.

Il faut voir les opportunités de travail contre hébergement comme de bonnes occasions de profiter plus longtemps d'un lieu ou de gens avec qui l'on se sent bien, sans se ruiner et en vivant une nouvelle expérience forcément enrichissante.

Le grand classique du genre, c'est de travailler dans une auberge de jeunesse. Il est très commun de rendre service en faisant le ménage, l'accueil à la réception, ou encore en tenant le bar. Mais les possibilités sont nombreuses et variées : cours de langue, travaux de jardin ou de maraichage bio, dog sitting, gardiennage de maison, chantiers d'éco-construction, ou plus surprenant encore ...

Le Wwoofing

Wwoof (World Wide Opportunities on Organic Farms) est un réseau spécialisé dans l’agriculture bio. Les missions proposées sont généralement des missions agricoles, de jardinage ou de construction dans des fermes bio, en échange du gîte et du couvert.

Plus qu’une simple expérience de travail, le wwoofing est un véritable partage de valeurs. Les hôtes veulent en effet enseigner leurs méthodes de travail et promouvoir l’agriculture biologique.

Repas de wwoofers en Tanzanie

Aujourd’hui, près d’une centaine de pays ont leur propre association indépendante Wwoof, il n’existe donc pas de registre d’hôtes commun. Vous devrez adhérer à l’association Wwoof du pays où vous souhaitez partir. Le prix de l’adhésion varie en fonction des pays (c'est même gratuite en Pologne), mais il est souvent compris entre 20 € et 40 € pour une année.

Une fois membre vous pourrez voir la liste complète des offres de Wwoofing (une petite description de chaque hôte, de leurs offres, etc), et pourrez contacter les hôtes afin de leur poser des questions plus précises et surtout savoir s’ils ont des disponibilités au moment où vous le souhaitez.

Le premier contact est très important, car il vous permettra de bien comprendre le mode de vie de votre hôte, ses attentes, ainsi que les conditions du séjour. Sachez par exemple que la durée minimum de séjour est souvent d’une semaine, mais que les hôtes apprécient que vous restiez plus longtemps afin de réellement profiter de l’expérience (et de leur donner un vrai coup de main).

Voir le site officiel wwoofinternational

Les chantiers participatifs

C'est l'équivalent du Wwoofing, mais dans la construction. Il n'y est pas non plus question d'argent, mais d'un partage de valeurs et de connaissances. On y participe à des projets de construction toujours réalisés avec des techniques et des matériaux aussi respectueux de l'environnement que possible.

En échange de son travail, on est généralement logé et nourri par le particulier ou l'association qui porte le projet et bien sûr on apprend aussi beaucoup.

Le site de référence en France est Twiza, mais à l'international on préfèrera le site thepoosh.org. Tout est entièrement gratuit, ces sites fonctionnent grâce aux donations libres.

Sites de petites annonces généralistes de travail contre hébergement

Quelques sites très pratique répertorient des petites annonces généralistes de travail contre hébergement à destination des voyageurs.

Les annonces sont le plus souvent proposées par des familles, des petites organisations locales à but non lucratif ou des petits hôtels et auberges de jeunesse...

Helpx rassemble de nombreuses missions dans tous les domaines, mais la majorité se trouvent en Amérique du Nord, en Europe et en Océanie. Si vous cherchez une destination plus exotique vous aurez peut-être plus de difficulté à trouver votre bonheur. L’inscription simple est gratuite, mais pour pouvoir contacter les familles et entreprises, hôtes vous devrez passer à l’inscription “Premier” pour 20 € (valable deux ans), ce qui reste vraiment correct.

Workaway est un peu plus complet que son grand concurrent. Vous y trouverez des missions dans le monde entier, de la Moldavie au Kyrgyzstan, en passant par le Vanuatu ou les Îles Vierges... L’inscription complète coûte 23 € pour deux ans pour une personne seule et 30 € pour un couple. Un investissement qui vaut vraiment le coup !

Le gardiennage de maison ou d’animaux de compagnie

Amis des animaux ou fées du logis, vous allez adorer cette forme d’échange ! Ici on est toujours sur une base d’échange, mais ce n’est pas tant un échange de travail que de présence, contre un logement. Concrètement, il s’agit de séjourner dans une maison et de s’occuper de son entretien ainsi que des animaux, s’il en y a, pendant que les propriétaires sont en vacances.

Tout le monde en sort gagnant : les propriétaires peuvent partir l’esprit tranquille en sachant que leur maison ne sera pas vide et vulnérable pendant leur absence et les voyageurs peuvent séjourner et profiter de tous les avantages d’un logement sur place. Dans le cadre des missions de “pet-sitting” c’est encore mieux : les animaux évitent de devoir résider dans un chenil et restent dans leur environnement quotidien pendant l’absence de leurs maîtres !

Pour trouver une maison à garder, il faut aller sur les quelques sites spécialisés. Ils fonctionnent tous de la même façon : on peut consulter les annonces gratuitement, mais pour pouvoir contacter les propriétaires il faut payer une adhésion.

  • TrustedHousitters est la référence du genre avec le plus grand nombre d'annonces. C'est aussi le site le plus cher : 83,88 € par an
  • Mind My House 20 $ par an
  • House Carers 50 $ par an
  • Nomador Trois cadidatures gratuite, 35 $ par trimestre, 89 $ par an, et c'est tout en français

Offre de gardiennage de maison en Grèce, vue sur House Carers. Il faut juste s'occuper du chat

Le profil idéal pour trouver une mission de gardiennage

A priori, tout le monde peut devenir gardien ou “house-sitter”. Cependant, on ne va pas se mentir, les propriétaires préfèrent confier leur maison (et leurs animaux) à des couples un peu plus âgées, ou à des personnes ayant de l’expérience en matière de soins aux animaux.

Attention, si vous êtes jeunes et que vous n’avez jamais gardé de maison, ça ne veut pas dire que vous n’avez aucune chance. Soignez bien votre profil en insistant bien sur le fait que vous êtes une personne calme et rangée, détaillez toutes les expériences qui pourraient jouer en votre faveur (vous avez un chien ou un chat à la maison, vous avez déjà gardé la maison de votre cousin, vous avez l’habitude de tondre la pelouse chez votre voisin, etc.) et demandez à une personne de votre entourage de vous rédiger une recommandation (option permise lors de l’inscription sur Trusted Housitters).

Sur un bateau, équipier et autres opportunités

Et pourquoi ne pas "travailler" sur un bateau et en profiter pour atteindre votre prochaine destination ? Plusieurs sites internet vous mettent en relation avec des propriétaires de bateau qui recherchent de l'aide à bord. C'est l'occasion d'être logé et de naviguer en prime.

Equipier

La grande majorité des offres vous proposent de devenir équipier ou skipper sur des voiliers. Un voilier nécessite d'avoir en permanence quelqu'un à la barre. Les équipiers sont donc recherchés pour tenir leur "quart" pendant que les autres se reposent et pour avoir deux bras en plus pour les manoeuvres. Une expérience de navigation n'est même pas forcément nécessaire. Vous verrez que de nombreuses annonces spécifient que vous pourrez apprendre sur le tas.

Quand on est équipier sur un bateau, on participe à la caisse de bord et c'est tout. Ça signifie qu'on paye sa part de nourriture, d'essence et de frais de port. Le montant n’est jamais très élevé, surtout en comparaison avec les économies de transport et de logement que vous faites !

Les sites de bourses aux équipiers :
Vogavecmoi - Bourse aux Équipiers

Mais pas que...

Certains sites permettent de trouver d'autres offres qu'en tant qu'équipier ou skipper. Ceux là sont le plus souvent des postes rémunérés, aussi bien sur des voiliers, que sur des yachts, ou des bateaux de croisières. Cependant, ils exigent le plus souvent de l'expérience. On trouve par exemple des offres d'instructeur de plongée embarqué, de cuisinier, d'officier, d'hôtesse, d'ingénieur, etc.

Les sites :
Find a Crew - Desperate Sailor

Travail contre hébergement, y a pas qu'internet dans la vie

Trouver une mission de travail contre hébergement est aujourd’hui plus facile que jamais grâce à internet. Cependant, au fil du voyage, les opportunités se présentent parfois directement. Si vous restez suffisamment longtemps dans un même endroit et qu'on vous trouve sympa, vous aurez peut-être la chance de vous voir proposer ce genre d’offres.

Il est par exemple assez courant que les voyageurs séjournant pendant plusieurs semaines dans une auberge de jeunesse ou un hôtel se voient proposer un petit job en échange du logement. Certains établissements vont même jusqu’à afficher une annonce.

Les rencontres sont imprévisibles. Il m'est arrivé qu'un professeur me propose de donner quelques cours d'anglais dans son école et de me loger chez lui ou, plus surprenant encore, qu'un particulier me propose de l'aider à construire une drôle de maison et m'invite à habiter avec sa famille quelque temps.

On m'a proposé de séjourner gratuitement à Aru en Indonésie pour y faire le site internet d'une association protectrice des oiseaux de Paradis.

N'hésitez pas non plus à provoquer les occasions. Proposez de rendre service si vous sentez que vous pouvez être utile, particulièrement si vous avez un talent qui pourrait être apprécié.

Je me souvient d'un artiste espagnol qui s'était fait inviter dans une communauté Zapatiste au Mexique après leur avoir proposé de peindre une grande fresque dans leur village.

Se faire engager contre salaire

En choisissant de travailler dans les pays que vous traversez, en plus de gagner de l’expérience professionnelle et de financer votre voyage, vous partagerez votre quotidien avec des locaux et pourrez tisser des liens beaucoup plus forts que si vous ne faisiez que visiter le pays.

En tant qu'étranger et voyageur, trois solutions sont envisageables :
- Les permis de vacances travail (réservé à certains pays et pas au-delà de l'âge de 30 ans)
- Les visas de travail "classiques" beaucoup plus difficiles à obtenir
- Le travail au noir, illégal

Trouver un travail

Ça marche à l'étranger comme partout. On fait un beau CV dans les normes du pays où l'on se trouve. On prépare des cartes de visite. On va se proposer directement en personne. On fait des candidatures spontanées par internet. On va dans les agences d'intérim. On participe aux évènements de développement de réseaux. Enfin et surtout, il faut être sociable et positif, rencontrer des locaux et parler de soi, de ce qu'on sait faire et faire marcher le bouche à oreille.

Travailler au noir, sans visa, on peut ?

On ne veut pas ou on ne peut pas toujours obtenir un visa de travail, particulièrement quand on a plus de 30 ans. Heureusement, il n'est pas impossible de trouver du travail sans visa. A priori, cela semble inquiétant. On prend le risque d'être expulsé du pays et ne plus pouvoir y revenir. Cependant, il faut relativiser les choses. C'est bien de cette façon que travaillent une très grande partie des voyageurs.

Les risques et les précautions à prendre

Le travail au noir est extrêmement commun partout dans le monde (même en France) et les contrôles sont loin d'être systématiques. Certains pays sont même franchement laxistes.

Au Cambodge, toute une communauté d'expatriés vit et travaille avec un visa d'affaire qui coûte cinq euros de plus qu'un visa de tourisme et n'a rien d'un visa de travail. En Australie, un certain quota de travailleurs illégaux sont tolérés du moment que les employeurs paient leurs taxes. Surprenant et pourtant vrai (dixit l'association de voyageurs ABM dans le livre de référence Partir au bout du monde) !

Avant d'envisager de se faire engager au noir, il faut absolument se renseigner dans les forums, d'expats en particulier afin de déterminer si le pays dans lequel vous envisagez de chercher un travail est tolérant et évaluer les risques. Évidemment, il faut cacher aux autorités que vous comptez travailler de cette façon, plus encore à la frontière.

Si vous travaillez au noir, pas la peine de vous masquer comme  les cireurs de chaussures de Lapaz. Crédit : James Breiner

Ne pas dépasser la limite de temps du visa de touriste

Un autre problème qui se pose quand on travaille sans un visa approprié est la limite de temps qu'on peut passer dans le pays. Un simple visa de tourisme excède rarement trois mois, très souvent il n'est que d'un seul mois. En travaillant sur place, on risque de vouloir rester plus longtemps que la limite maximum légale. Les problèmes sont assurés si on la dépasse, ne le faites pas.

Il est très souvent possible et assez simple de faire étendre son visa de tourisme sans quitter le pays. Beaucoup de pays renouvellent indéfiniment le visa à chaque fois qu'on sort puis qu'on retourne dans le pays. On parle de visa run en anglais. Parfois, le mieux est de prendre un visa d'affaire d'une durée plus longue et pas trop difficile à obtenir. Renseignez vous bien sur le site des affaires étrangères pour connaitre les détails selon le pays ou, mieux encore, informez vous directement sur les sites officiels des ambassades et consulats.

Quel genre de travail on peut décrocher, comment ça se passe ?

Dans vos recherches ne mentionnez pas de prime abord que vous n'avez pas de visa de travail, rendez votre candidature intéressante d'abord. Demandez plutôt à être payé cash (cash in hands en anglais) et régulièrement pour éviter les problèmes avec des employeurs peu scrupuleux qui pourraient rechigner à vous payer.

Comme on peut s'y attendre les jobs qu'on décroche sans visa sont le plus souvent mal payés et non qualifiés, mais tout dépend de vos aptitudes et de votre chance. On trouve généralement plus d'opportunités parmi les métiers du tourisme et de la restauration ou les emplois saisonniers liés à l'agriculture...

Au noir en Australie : Témoignage de Bartok intéressant sur le forum du routard

Deux boulots au noir bien connus des voyageurs

Prof d'anglais

Un bon exemple de travail de voyageur contre salaire répandu est professeur de langue. La très grande majorité travaille avec un simple visa de touriste, illégalement et sans problème. C'est souvent bien payé, on trouve des annonces pour quelques mois. Il y a beaucoup de demandes dans les écoles supérieures partout dans le monde, surtout en Asie et il n'est parfois pas nécessaire d'être certifié, ou alors on demande le TEFL qui s'obtient en seulement 100 heures de cours. Malheureusement, ce sont des natifs anglophones qui sont recherchés. Les chanceux !
Au cas où, pour en savoir plus, lisez cet article de Nomadic Matt

Divemaster

Bon nombre de voyageurs découvrant les joies de la plongée au cours de leur voyage décident de passer leurs niveaux. En partant de zéro, on peut, en deux à trois mois et moyennant environ 1500 à 2000 dollars, plonger sans limite et atteindre le niveau quatre de divemaster avec le système international PADI.

Il est courant que le centre de plongée dans lequel on passe le diplôme propose au nouveau divemaster de travailler. Le salaire en tant que divemaster est faible, mais permet de payer sa vie sur place et d'économiser modestement. L'investissement en vaut la chandelle pour les passionnés et c'est un premier pas indispensable vers le passage du dive instructor (niveau 5) qui permet de réellement se professionnaliser et de gagner "un vrai salaire".

Il existe quelques lieux dans le monde qui sont connus pour être de véritables universités de la plongée. Parmi les moins chers du monde du monde pour passer le divemaster :
Koh Tao en Thaïlande, Gili Trawangan en Indonésie, Utila au Honduras...

En savoir plus :
Le site officiel PADI - Un témoignagne intéressant

Les visas de travail ordinaires

Pour travailler légalement, le visa de touriste ne suffit pas. Il faut obtenir un visa de travail qui a l'intérêt supplémentaire de permettre un séjour beaucoup plus long dans le pays. Les conditions pour obtenir un visa de travail "ordinaire" varient énormément d'un pays à l'autre, mais sont généralement assez contraignantes.

Avant d'aller plus loin, sachez que les visas de travail ordinaires sont mieux adaptés à ceux qui ont un projet d'expatriation plutôt qu'aux voyageurs au long court qui cherchent à ne travailler que quelques semaines ou quelques mois dans un pays.

Dans la plupart des cas, il vous sera demandé de prouver votre embauche avant même l'entrée dans le pays. Il faut faire signer ce qu'on appelle souvent une lettre d'invitation de l'employeur. Il est envisageable de trouver un travail sur place avec son visa de touriste, de demander au futur employeur tous les papiers nécessaires, puis de sortir du pays et de faire faire son visa de travail depuis un pays frontalier avant de rentrer de nouveau dans le pays muni d'un visa de travail en bonne et due forme.

Malheureusement pour les voyageurs, beaucoup d'emplois sont protégés pour les locaux. Bien souvent, on ne peut prétendre à un visa de travail qu'en décochant un emploi dans une filière non protégée, ce qui complique sérieusement les choses.

Pour connaitre les conditions précises des visas de travail dans chaque pays, allez voir sur le site des affaires étrangères, ou alors cherchez sur le site des ambassades de chaque pays.

Pour les moins de 30-35 ans, ou pour les étudiants, dans quelques pays, il existe des visas de travail simplifiés, les PVT, qui s'obtiennent très simplement. On en parle ci-dessous.

Les PVT, permis vacance travail

On parle de PVT (permis vacance travail), de VVT (visa vacances travail) ou de WHV (working holiday visa). Ces visas d'une durée d'un an en général vous permettent de travailler légalement dans un des neuf pays qui en proposent. Cette formule est particulièrement bien adaptée aux voyageurs. À la différence des visas de travail ordinaires, on peut chercher un job sur place et en changer si l'on veut. Ils sont relativement simples à obtenir et pour certains, on peut même les demander au cours de son voyage. Le gros hic, c'est qu'ils ne s'adressent qu'aux moins de 30 ans ou 35 ans au mieux.

Les pays proposant des PVT

  Age limite Durée de validité Faisable depuis l'étranger Arrivée max après obtention Quota de places Sélection Preuve de fonds Prix du Visa Liens
Argentine 30 ans 1 ans
(à partir de l'arrivée)
non 3 mois 700 ordre des demandes 2500 € 0 site officiel
plus d'infos
Chili 30 ans 1 ans
(à partir de l'arrivée)
non 90 jours 200 ordre des demandes 2500 € 113 € site officiel
plus d'infos
Canada 35 ans 2 ans
(à partir de l'obtention)
oui 12 mois 6400 Tirage au sort 1700 € 167 € site officiel
plus d'infos
Australie 30ans 1 ans
(à partir de l'arrivée)
oui 12 mois illimité aucune 3300 € 290 € site officiel
plus d'infos
Nouvelle Zélande 30ans 1 ans
(à partir de l'arrivée)
oui 12 mois illimité aucune 2600 € 129 € site officiel
plus d'infos
Japon 30ans 1 ans
(à partir de l'obtention)
non 12 mois 1500 quota encore jamais atteint 4500 € 0 € site officiel
plus d'infos
Hong-Kong 30ans 1 ans
(à partir de l'arrivée)
oui
(Hong Kong seulement)
3 mois 400 ordre des demandes 3000 € 23 € site officiel
plus d'infos
Corée du sud 30ans 1 ans
(à partir de l'arrivée)
non 1 mois 2000 quota encore jamais atteint 2500 € 0 € site officiel
plus d'infos
Russie 30ans 4 à 8 mois
(à partir de la date prédéfinie)
non à la date convenue 500 ordre des demandes aucun 0 € site officiel
plus d'infos

Quels boulots en PVT

La plupart des PVT permettent de trouver n'importe quel emploi et de changer d'employeur autant de fois qu'on le veut. Seul le Japon et la Corée du Sud vous limitent à certains secteurs. C'est finalement assez peu contraignant, sauf dans quelques cas notables : au Japon, on ne pourra pas être barman et en Corée du Sud, on ne pourra pas enseigner.

Trouver un travail à l'étranger, c'est plus facile à dire qu'à faire. En particulier dans les pays où la barrière de la langue est plus difficile à franchir. On vous conseille d'aller voir sur les forums, notamment celui de pvtiste.com, de voyageforum ou encore d'aller questionner les voyageurs du groupe facebook de tourdumondiste. L'Australie est la destination PVT du tourdumondiste par excellence alors voilà quelques sites pour commencer vos recherches d'emploi dès maintenant :
my-australian-job.com
seek.com.au
jobsearch.com
mycareer.com
workaboutaustralia.com

Le visa J-1 des Etats-Unis

Aux États-Unis, il n'y a pas de PVT. Il existe un type de visa qui s'en approche, mais en beaucoup moins avantageux. On doit par exemple décrocher son job avant même d'entrer sur le territoire. Les conditions d'éligibilité sont très strictes.

Finalement, à moins d'être extrêmement motivé, d'entamer votre tour du monde tout juste diplômé et de prévoir votre passage au bon moment, on déconseille cette solution bien trop compliquée quand on est voyageur avant tout.

En savoir plus :
americawelcome.com : site d'infos sur le J-1
workntravel.fr : annonces de jobs en visa J-1

Créer son propre travail nomade

Un certain nombre de voyageurs débrouillards trouvent des moyens originaux de gagner de l'argent sur la route seuls, en mettant à profit leurs talents particuliers et en faisant preuve d'audace. Une bonne façon de gagner de l'argent en mettant du piment dans son voyage !

Le top des boulots de voyageurs débrouillards vraiment observés

Artiste de rue

Les disciplines sont variées, magicien, jongleur de feu, ou marionnettiste... il suffit de s'installer dans un lieu de passage, de laisser parler son talent et de faire tourner le chapeau ! Au Brésil, il est aussi très commun de voir des jongleurs aux feux rouges.

Dessiner ou peindre

Le plus évident consiste à faire des caricatures ou des portraits. On a aussi observé des peintres sur t-shirt, ou des artistes malins profitant des attraits touristiques locaux pour en faire des oeuvres d'art et les vendre dans la rue.

Créer et vendre des bijoux artisanaux

C’est une activité incroyablement populaire en Amérique Latine, où de nombreux voyageurs vendent leurs fabrications sur les marchés ou directement dans la rue ou sur la plage. Beaucoup d'entre eux racontent avoir appris sur la route, avec d'autres voyageurs. Le macramé est souvent leur spécialité.

Notre interview de Seb, un Français artisan vendeur de bijoux au Nicaragua :

Donner des cours de musique

Vous jouez de la guitare depuis 15 ans ? Le temps est enfin venu de vous servir de tout ce que vous avez appris pendant ces années ! Proposez vos services dans votre auberge de jeunesse, le ukulélé est particulièrement populaire auprès des voyageurs.

Prof de yoga

En ce qui concerne les cours de yoga, une formation de la Yoga Alliance (200 heures) est normalement exigée pour trouver facilement du travail dans le monde entier. Cependant, un excellent "yogistes" peut s'organiser de manière autonome. Sur la plage de Zipolite au Mexique ou encore à Little Corn Island au Nicaragua, on pouvait prendre des cours sur le sable, directement devant les cabanes du professeur. À Utila au Honduras une Espagnole organisait ses cours directement dans une salle qu'elle ne louait pas cher. Ces gens faisaient leur pub en collant des affiches un peu partout, dans les hôtels, auberges de jeunesses, dans la rue...

Musicien de rue et dans des bars

Un bon musicien dans la rue gagne facilement pas mal d'argent. Les très bons jouent aussi dans les bars ! Mon ami Aubin, gagne de quoi vivre et voyager en jouant épisodiquement dans la rue, déguisé en licorne, à la Nouvelle-Orleans.


Aubin joue en Licorne à New Orleans.

Cours particuliers de français

Si vous parlez bien la langue du pays, vous avez d'excellentes chances de trouver du travail comme professeur particulier. En France, le groupe Acadomia permet de trouver des offres en tant que professeur particulier. Il existe des sites équivalents dans beaucoup de pays du monde. Pour vos recherches, n'hésitez pas à demander conseils aux professeurs dans les alliances françaises. Ils sauront vous aiguiller.

Au Brésil on a rencontré Marc, un Français parlant couramment le portugais. Il disait que cette activité payait bien et qu'il y avait beaucoup de demandes.

Faire à manger

Vendre des spécialités ça fonctionne très bien, surtout qu'à l'étranger ce qu'on cuisine est exotique et attire la curiosité. Les auberges de jeunesses permettent souvent d'utiliser une cuisine. Certains louent parfois un appartement avec un four.

On a vu des vendeurs de crèpes, de macarrons, de truffes aux chocolats, de pains au chocolat, de quiches ou encore de tartes tatin... Ça marche bien avec un stand dans la rue, en louant ou squattant un emplacement sur un marché, en passant à la bonne heure dans les auberges de jeunesses, hostals ou (particulièrement efficace) dans les centres de plongée.

Notre interview de Nico vendeur de petits pains itinérant au Mexique :

C'est possible dans tous les pays ?

Surtout en Amérique Latine

On croise essentiellement ces originaux en Amérique Latine, dans une moindre mesure dans les pays riches et presque jamais ailleurs.

En Amérique Latine, les vendeurs de rue font partie de la vie quotidienne. L'idée générale que la rue est à tout le monde est culturellement très acceptée. De plus, le continent entier partageant une langue commune, il y a beaucoup de voyageurs vendeurs de rue, issus de toutes les nationalités du continent. Pour un Français, c'est aussi très simple d'acquérir un bon niveau d'espagnol rapidement. Autant de raisons expliquant que le phénomène soit si commun en Amérique Latine.

Sur les autres continents, beaucoup de pays sont plus pauvres, bien plus différents culturellement et la barrière de la langue est plus difficile à franchir. C'est le cas en Afrique ou au Moyen Orient, qui sont aussi bien moins touristiques. Autant de difficultés qui expliquent qu'on y croise bien moins de ces voyageurs débrouillards.

Les précautions à prendre

Les petits boulots de débrouillards ne sont théoriquement pas légaux. On ne pourrait pas détailler ici le niveau de tolérance de chaque pays. On sait par exemple que la Chine apprécie mal les regroupements de rue et qu'il y a parfois des contrôles de musiciens dans les bars en Thaïlande...

Comme expliqué dans la section "Travailler au noir", pour éviter les problèmes avec les autorités, il faut bien se renseigner autour de soi, parmi les autres voyageurs, sur les forums d'expatriés qui connaissent bien le pays et en discutant avec les locaux avant de se lancer.

Dans la rue, il faut bien veiller à ne pas faire de concurrence aux locaux pour éviter les tensions. Il ne faut pas copier leurs activités et plutôt apporter votre spécificité.

Travailler à distance : le nomadisme numérique

Être "nomade digital", ou "techno nomade", c’est travailler de n’importe quel endroit du monde grâce à la technologie numérique. Ce mode de travail ne requiert en effet que la possession d’un ordinateur et l’accès à une connexion Internet.

Ce mode de travail et de voyage est de venu très populaire. Pour ceux qui peuvent se le permettre, c'est une façon de voyager plus longtemps ou même perpétuellement. Voilà qui fait rêver !

Les avantages du travail à distance

La liberté géographique

Si le travail sur place est extrêmement intéressant notamment pour l’expérience humaine qu’il implique, le travail à distance offre l’avantage (non négligeable) de permettre une liberté géographique quasiment totale. "Quasiment", puisqu’une bonne connexion Internet n’est pas forcément monnaie courante, notamment en Asie ou en Afrique. Et contrairement au travail local, vous n’avez pas besoin de prévenir votre patron quand vous souhaitez partir, vous pouvez changer de pays et de lieu de travail aussi souvent que vous le voulez !

La liberté horaire

Un travail à distance vous permettra de vous organiser comme vous le souhaitez. Si vous êtes plus du matin, vous pourrez ainsi commencer vos journées plus tôt et vous pourrez même travailler la nuit si ça vous chante. La limite, c'est le décalage horaire. Quand on doit absolument travailler en contact direct (bien que distant) avec le client.

Attention, la liberté horaire est un luxe qui peut être dangereux pour les personnes manquant quelque peu d’organisation. On peut en effet se laisser facilement aller et oublier… de travailler ! Il est important de suivre une certaine routine pour travailler efficacement.

Le salaire

Les nomades numériques apprécient de travailler depuis des pays dans lesquels le coût de la vie est faible. Comme les clients sont dans des pays riches, on gagne proportionnellement plus, ce qui permet de travailler moins.

Les défauts de ce mode de vie

Voyager, travailler sans contrainte horaire ou géographique… Ça semble idéal, n’est-ce pas ? Attention, ne soyez pas naïfs, ce mode de vie comporte également quelques aspects négatifs.

L’éloignement constant

Bien sûr, lorsque l’on choisit de partir voyager, on s’éloigne de ses proches. Ça peut paraître une évidence et un acquis pour beaucoup d’aspirants à la vie nomade, mais il faut savoir que l’éloignement permanent peut devenir pesant. Ceux qui envisagent ce mode de vie à long terme doivent en tenir compte.

La difficulté de trouver des bonnes conditions de travail

En tant que nomade digital, il est aussi crucial que difficile de trouver un endroit où travailler dans de bonnes conditions : une connexion à Internet suffisamment rapide, une table à la bonne hauteur, un bon éclairage, un endroit calme, etc. Travailler depuis une auberge de jeunesse ou hôtel n’est par exemple pas la meilleure idée : les équipements ne sont pas forcément de bonne qualité, le bruit y est généralement constant et l’ambiance est plutôt à la détente. La meilleure solution aujourd’hui pour les travailleurs nomades est sans aucun doute les “coworking spaces”, mais encore faut-il en trouver un dans la ville où l’on est basé.

Le manque d’une communauté

En tant que nomade digital, il peut être intéressant de s’intégrer à une communauté, pour lier des liens d’amitié, bien sûr, mais aussi parce qu’il est plus facile de se motiver lorsque l’on est plusieurs dans la même situation. En travaillant ensemble, on peut partager des expériences et des savoir-faire. Malheureusement, quand on change de ville, de région ou même de pays régulièrement, il est difficile de nouer des liens durables. On rencontre beaucoup de voyageurs sur la route, mais ce sont souvent des rencontres furtives qui n’aboutissent pas vraiment à une relation à long terme.

L’instabilité permanente

En voyage ou non, être freelance c’est accepter d’avoir une activité professionnelle instable. Certains mois peuvent en effet être très occupés, avec de nombreux contrats et plusieurs projets à gérer à la fois et d’autres beaucoup plus calmes, avec peu de clients et parfois même des difficultés à “boucler” le budget mensuel. Même au bout du monde, sur une plage paradisiaque, c'est stressant, surtout sans allocations chômage, comme c'est le cas pour la plupart des nomades digitaux.

On ne voyage parfois plus "vraiment"

Le fait de devoir régulièrement interrompre son voyage pour travailler peut empêcher de réellement profiter de son voyage. Les voyageurs qu'on rencontre n'ont pas de contraintes, eux. Parfois, on serait tenté de suivre un voyageur avec qui on s'entend très bien, mais les contraintes du travail nous en empêchent. C'est très frustrant.

Voilà pourquoi les nomades digitaux préfèrent généralement se fixer pour des périodes de travail intenses, puis voyager "vraiment" sans travailler.

Un frein professionnellement

En effet, c'est souvent une contrainte pour décrocher de nouveaux clients. Pour eux, ce n'est pas rassurant de travailler avec un freelance qu'ils ne connaissent pas encore et qui se trouve à l'autre bout du monde. S'ils ont le choix, ils choisiront un prestataire plus proche géographiquement et qu'ils jugeront plus réactif et facilement joignable.

Voilà une raison supplémentaire pour commencer sa vie de digital nomade en ayant déjà quelques clients fidèles.

Les métiers à exercer à distance

Aujourd’hui, la palette des métiers à exercer “sur la route” est assez variée. Aux métiers traditionnels du freelance comme le graphisme ou les métiers du web sont en effet venus s’ajouter des métiers habituellement considérés comme sédentaires.

Rédacteur, traducteur, programmeur, graphiste... bref, tous les métiers qui se passent derrière un ordinateur et ne nécessitent pas forcément de contact physique avec le client sont envisageables.

Les plateformes de freelance

Si le travail à distance est une nouveauté pour vous (et même s’il ne l’est pas), vous aurez certainement besoin d’utiliser des plateformes Internet pour décrocher vos premiers clients. Il en existe de plus en plus, mais certaines se démarquent par l’abondance et la diversité des missions proposées, mais aussi par leur sérieux en matière de sélection, de paiement et de support.

Les sites généralistes

  • Freelancer
    Regroupant plus de 17 millions de freelances à travers le monde, Freelancer est le site de référence pour les travailleurs indépendants. Les missions y sont variées et relativement bien payées et le système est fiable. Parfait pour commencer.
  • Upwork
    Formée suite à la fusion entre Elance et oDesk, Upwork est l'une des plus grandes plateformes de freelance actuelle. Elle ne compte pas moins de neuf millions de freelancers et quatre millions de clients dans des domaines variés. L’inscription est gratuite, mais Upwork prend 10 % de frais sur les missions.
  • Guru
    Avec 1,5 millions de membres à travers le monde, Guru est également une plateforme très intéressante. Elle offre des missions variées et notamment beaucoup de missions de traduction vers le Français.
  • Hopwork
    La plateforme Made In France ! Plus petite, mais aussi plus humaine, c’est une plateforme très sympa qui valorise beaucoup ses membres. L’inscription est simple et rapide et les missions variées. Aujourd’hui la communauté de freelances atteint presque les 12 000 membres.

Les sites spécialisés pour les rédacteurs web

Great Content - Edit-Place

Pour les programmeurs et webmasters

Codeur.com - Joomlancers

Pour les graphistes et designers

Design Crowd - Graphiste.com

Pour les SEO ninjas

SEO Clerks

7 conseils pour réussir son expérience de nomade digital

  • Commencer à travailler en freelance avant son départ en voyage afin de créer sa petite base clients et d’engranger de l'expérience.
  • Bien qu'en voyage, créer un univers de travail favorisant la concentration, ou s'installer dans un coworking space par exemple.
  • Être rigoureux et se fixer des règles de travail (et s’y tenir) afin de ne pas se laisser déborder par la liberté totale d’organisation. Planifier et utiliser son temps efficacement. Par exemple : le lundi je me consacre à la prospection, je n’ouvre mes mails qu’une fois toutes les trois heures, etc.
  • S’octroyer des pauses et des vacances. Ne pas oubliez de profiter de son voyage, c’est la base !
  • Travailler son réseau et s’auto-promouvoir le plus possible pour élargir sa clientèle. Contrôler sa présence et son image sur Internet.
  • Sortir et rencontrer du monde pour se changer les idées, mais aussi se faire des contacts intéressants (potentiels clients, collaborateurs, ou autres nomades digitaux qui pourraient partager leur expérience).
  • Choisir un camp de base pour profiter des économies que l’on peut avoir quand on reste longtemps sur place (surtout en matière de logements) et pouvoir se créer un réseau, une communauté. Être trop itinérant n'est pas non plus très bon pour la productivité.

Les meilleures destinations pour se lancer

A priori, seuls un ordinateur et une connexion à Internet sont nécessaires pour devenir un nomade digital. Mais d’autres éléments sont à prendre en compte dans son choix de destination. Parmi eux, le coût de la vie, la durée des visas et la difficulté pour les renouveler, la qualité des infrastructures, la vitesse de la connexion Internet et la présence de lieux de travail adaptés. Il est en effet beaucoup plus facile de se lancer dans une activité en freelance lorsque nos dépenses de base sont relativement basses et que l’environnement de travail favorise l’efficacité. Mais alors, où aller ?

Le site NomadList a dressé la liste des villes les plus favorables aux nomades numériques en étudiant plusieurs critères comme le coût de la vie, la qualité de vie, l’ouverture aux étrangers, l’intérêt culturel, la sécurité, la présence d’espaces de coworking, le niveau d’Anglais, entre autres.

Top 10 des villes pour être nomade digital selon Nomad list :

  • Chiang Mai, Thaïlande
  • Las Palmas, Espagne
  • Taghazout, Maroc
  • Bangkok, Thaïlande
  • Phuket, Thaïlande
  • Jeju, Corée
  • Dallas, Etats-Unis
  • Hermosillo, Mexique
  • Osaka, Japon
  • Austin, Etats-Unis

Trouver un bon espace de travail

Une fois que vous avez choisi votre destination, vous devrez trouver un endroit pour travailler… Comment ? Premièrement, en discutant avec les autres voyageurs que vous rencontrerez. Ensuite, en fouillant sur Internet pour trouver des regroupements de nomades digitaux et des espaces de coworking ou encore de confortables cafés.

  • Cherchez des groupes de nomades digitaux sur Facebook, il y a en a beaucoup de généralistes, mais aussi certains plus spécifiques sur des destinations comme Chiang Mai, Bangkok, Phuket, Ho Chi Minh, etc…
  • Cherchez des événements liés à la communauté des nomades digitaux sur Meetup
  • Suivez les forums et groupes de nomades : Nomad Forum, Co Nomads, #nomads.
  • Faites vos recherches de coworking space directement sur Google ou en utilisant les sites comme Desk Surfing, Desk Near Me ou encore Share Desk.

Les espaces de coworking

Il s'agit de lieux où n'importe qui peut venir librement travailler en open-space en payant pour le temps d'utilisation du lieu : quelques heures, quelques jours ou quelques mois.

Pour un nomade digital les coworkings sont idéaux puisqu'ils permettent de travailler dans d'excellentes conditions de confort et de rencontrer du monde, d'éventuellement y trouver des clients et parfois même d'autres nomades digitaux.

Hubud un espace de coworking dans un paysage de rêve à BaliCrédit : Hubud

Le statut légal des nomades digitaux

Le régime d’auto-entrepreneur

Tout au moins pour travailler avec des clients français, mieux vaut avoir un statut légal. Le régime auto-entrepreneur, désormais "régime de micro-entrepreneur", est idéal pour lancer son activité. C'est le choix de la plupart des nomades digitaux français.

En effet, on peut s'y inscrire en ligne en quelques minutes et obtenir par la suite rapidement son numéro de siret. Les charges sont extrêmement basses. Enfin, tout se gère en ligne et on a quasiment aucune tracaserie administrative. Par contre, on ne touche pas d'allocation chômage évidemment.

Peut-on être auto-entrepreneur sans vivre en France ?

Oui absolument !
Cependant, il faudra tout de même indiquer une adresse de résidence en France. Celle d'un ami ou d'un membre de la famille fera l'affaire. Comme vous cotisez en France, vous n'êtes pas considéré comme Français de l'étranger et conservez la sécurité sociale française quel que soit le temps passé à l'étranger.

Petit bémol, en théorie vous ne pouvez pas travailler pour des clients locaux depuis l'étranger. Il vous faudrait un visa de travail. En pratique, tant que vous travaillez de manière indépendante, vous ne prenez absolument aucun risque. Il faut juste éviter de déclarer à la frontière que vous venez faire le digital nomade chez eux.

Faire du volontariat de solidarité pendant un tour du monde

Quand on fait un tour du monde, dans "les pays pauvres", on est confronté à l'extrême pauvreté, On est aussi témoin des ravages de l'activité humaine sur l'environnement. Pour beaucoup, il est inenvisageable de voyager pour son seul plaisir, sans chercher à se rendre utile pour les populations locales ou pour l'environnement.

Et puis, c'est une bonne façon de s'intégrer dans un pays pour découvrir une culture plus profondement, de voir par soi-même les problèmes dont on entend seulement parler chez soi, de donner un peu de sens à un voyage autrement un peu trop "touristique", tourné sur soi...

Comme le sujet est très vaste on a fait un dossier spécial ultra complet sur le sujet. Vous y trouverez toutes les réponses aux questions que vous pourriez vous poser :

  • Pourquoi faire du volontariat ou ne pas en faire ?
  • Quels sont les différents types de volontariats ?
  • Toutes les façons de trouver une mission
  • Où trouve t'on les annonces ?
  • Est-il normal de payer pour faire du volontariat ?
  • Sur quels critères choisir son organisme ?
  • Quels types de mission faut-il éviter ?
  • Comment ne pas tomber dans le piège du volontourisme ?
  • Et encore bien plus...
Notre dossier sur le volontariat à l'étranger est vraiment ultra complet !

Lire notre article Faire du volontariat et du bénévolat à l'étranger | Dossier complet .

Tu as aimé cette page ?