Voir tous les dossiers
Un bateau cargo transportant des voyageurs

Le guide du voyage en cargo

À l’ère du tout avion, se déplacer vers un pays lointain revient presque à se téléporter. Voyager en cargo, voilà la solution pour ceux qui veulent renouer avec une vision plus romantique du voyage ! Notre article ultra complet vous explique tout sur ce moyen de transport baigné de magie.

Voyager en cargo, en bref

Voyager en cargo aujourd’hui

Voyager n’est pas n’est atteindre sa destination, mais parcourir le chemin

Aujourd’hui, la suprématie de l’avion est incontestée et les lois de la marine marchande sont devenues strictes et incontournables. Pourtant, depuis quelques années le voyage en cargo redevient populaire chez des voyageurs amoureux de la mer qui souhaitent retrouver le romantisme d’un voyage tout en douceur et en lenteur, qui recherchent une certaine “authenticité”, retrouver le vrai sens du voyage. Ne dit-on pas que voyager n’est pas arriver à destination, mais parcourir le chemin ?

Ce mode de transport est toujours empreint d’une magie particulière et conserve encore parfois sa part d’imprévu. On y découvre la fascinante micro-société des marins et les autres passagers sont souvent, eux aussi, plus passionnants les uns que les autres.

C’est une expérience réellement enrichissante de prendre part à la vie de ce petit monde flottant à l’écart du vrai monde. On est bien loin de l’atmosphère bien plus impersonnelle des paquebots ou des navires de croisière surpeuplés.

La technique en bref

On peut aller aux quatre coins du monde en cargo ou même en faire le tour complet.

Le prix du voyage est calculé selon un tarif journalier qui comprend le trajet, une cabine personnelle confortable parfois luxueuse, et trois repas par jour. Les commodités dépendent du type de bateaux : porte-conteneurs, vraquier, navire d’expédition scientifique, brise-glace, etc. Généralement, on peut compter l’accès à une salle de sport, une buanderie et même une piscine.

Les passagers peuvent circuler en autonomie librement presque partout à bord, même les zones réservées au personnel sont accessibles, mais sur invitation.

Un voyage en cargo en accéléré

Pourquoi voyager en cargo

Pas pour le prix

Ce moyen de transport est généralement nettement plus cher que l’avion, sauf sur de très courts trajets. Il arrive qu’un voyage sur un bateau de croisière soit parfois équivalent ou même plus économique. Ne placez pas d’espoir dans le fait d’obtenir le trajet gratuitement, de nos jours c’est impossible. cf paragraphe budget .

Écologique

Un cargo pollue évidemment pour se déplacer, mais compte tenu de sa grande contenance, il est proportionnellement le moyen de transport de marchandises le plus efficace et donc le plus propre.

De plus, avec ou sans vous, un cargo effectuerait le même trajet, votre empreinte carbone est donc nulle.
En tant que transport de passagers, on peut ainsi considérer qu’il s’agit d’un moyen de transport 100 % écologique.

Espace et confort

Les cargos sont immenses, jusqu’à 300 mètres de long sur plus de 50 de large pour les plus grands. Le nombre de personnes circulant à son bord est restreint, rarement plus d’une trentaine. On a donc beaucoup d’espace. De plus, les cabines des passagers sont grandes et très bien équipées. On y est servi comme dans un hôtel. Cette forme de voyage est donc confortable, presque luxueuse.

La mer, le ciel et beauté de la nature

Le plaisir numéro un du voyage en cargo consiste à observer la mer et l’horizon sans fin, symbole de liberté. La mer est toujours changeante, de la tempête au calme plat propice à la méditation. Comme le feu, la mer a quelque chose d’hypnotique. Il n’est pas rare que dauphins, baleines, poissons volants et autres animaux marins viennent animer la contemplation.

En mer, les couchers et levers de soleil sont magnifiques, mais le plus impressionnant apparaît la nuit. Par temps dégagé, au plus loin des côtes, les ciels sont les plus étoilés qu’on puisse voir. Magique !

Des rencontres inoubliables

Sur un cargo, on rencontre tout le monde. De nombreuses nationalités se côtoient. On a l’occasion de discuter avec chaque passager, chaque officier, tout l’équipage et même le capitaine. Tout ce petit monde est un concentré de personnages hors du commun. On y écoute d’authentiques histoires de marins aux nombreuses nationalités. Les passagers forment un melting-pot étonnant d’amoureux de la mer, grands voyageurs, artistes ou écrivains …

Du temps pour soi et ses passions

Le voyage en cargo c’est le bonheur dans la lenteur. C’est un arrêt dans le temps ou plutôt une parenthèse dans votre vie.

C’est l’occasion de mettre à profit tout ce temps libre pour vous-même sans culpabilité et dans la sérénité. Vous pouvez vous offrir une énorme dose de repos, vous plonger dans la méditation, la lecture, l’écriture, le dessin, la couture ou toute autre activité idéale à pratiquer dans le cadre calme du bateau.

Un peu d’imprévu, plus d’aventure

Une escale qui se prolonge ou s’écourte, traverser du gros temps, prendre du retard pour contourner une tempête, etc. : bien que la plupart du temps les délais annoncés soient bien respectés sur les cargos, les imprévus existent bel et bien. Voilà qui ne fait qu’ajouter au charme du voyage. Pour les plus aventureux, “les cargos tramps” sont les plus imprévisibles de tous. Ils ne connaissent qu’à la dernière minute leurs ports d’escale et les marchandises qu’ils vont transporter.

Des univers à explorer

Proue, poupe, salle des machines, salle à manger, mess des officiers, salon et même cabine de pilotage… Le bateau en lui-même est un univers à explorer. Chaque navire est différent, il existe de nombreux types de cargos, chaque fois le plaisir est renouvelé.

La vie à bord

Comment on s’occupe ?

Aucune activité organisée sur un cargo. Il faut donc être autonome et avoir prévu vos propres occupations selon vos passions : jouer de la guitare, peindre, dessiner, lire, coudre…

Il faut aussi aimer contempler la nature et la vie autour.

Si le beau temps est là, on peut toujours installer un transat sur le pont extérieur et faire bronzette, dans le cas contraire on peut regarder un DVD dans la salle télé, ou encore faire un petit passage à la salle de sport ou la piscine.

Et puis on peut tout simplement bavarder avec les autres passagers et l’équipage.

La cabine

Chaque passager est logé dans sa cabine personnelle toujours d’une propreté irréprochable. Son standing varie selon le bateau. Ordinairement, elle est similaire à celle des officiers. Elle est meublée et comprend une salle de bain et des toilettes privées, un bureau, un petit coin salon et parfois même un frigo.
Petit bémol : il arrive que la vue par les sabords soit bloquée provisoirement par des conteneurs.

Qu’est ce qu’on mange ?

Il y a 3 repas par jours à heure fixe (attention au décalage horaire). Selon le bateau, on est servi dans une salle à part ou bien dans celle des officiers et parfois même à leur table s’il ya très peu de passagers et qu’on vous trouve sympathique. Un steward s’occupe du service. La nourriture dépend de la nationalité des officiers et de l’équipage, mais surtout du cuisiner. Selon le cas, on est donc susceptible de manger italien, indien, français, polonais, etc. C’est toujours simple, bon, et copieux. Les navires italiens de la Grimaldi et les Français de la CMA-CGM ont particulièrement bonne réputation concernant la gastronomie.

Évitez de demander un traitement de faveur ou un régime spécial.

Quand on est malade

Il n’y a pas de médecin à bord. Il y a cependant une cabine infirmerie et les officiers ont tous une formation médicale basique. Il faut prévoir les médicaments dont on a besoin.

En cas de gros pépin, des spécialistes des urgences sont joignables 24h/24 par téléphone, quelle que soit la position du bateau. Si nécessaire, le bateau se dirigera vers le port le plus proche.

On parle quelle langue ?

Il y a de nombreuses nationalités sur un bateau. On communique toujours en anglais, ainsi que dans la langue d’origine du bateau.

Tempêtes

Les itinéraires sont calculés pour contourner les zones à risques autant que possible. Et puis, les bateaux sont tellement grands que même par gros temps ils bougent modérément. Les accidents sont rares. Il faut tout de même être vigilant en se déplaçant dans les escaliers et éviter de sortir sur le pont par trop mauvais temps.

Fumer

Les règles sont différentes selon les compagnies et le capitaine. On peut normalement fumer dans sa cabine, mais surtout pas dans son lit. Pour les autres pièces du bateau, en particulier le carré des officiers, il faut se comporter comme les officiers. Si aucun ne fume, le plus simple est de fumer dehors et de ne jamais jeter vos mégots par terre ou en mer.

Communiquer avec le continent

Avec votre téléphone, ce ne sera possible que près des côtes Le WiFi peut être disponible à bord, mais attention, il n’est pas toujours efficace.

Une bonne cure de déconnexion, voilà qui fait du bien.

La sécurité

Le principal danger au quotidien c’est la bête chute. Un bateau bouge, tangue, le pont peut être glissant, il faut éviter de se promener à l’avant la nuit ou par gros temps.

Des exercices de sécurité sont organisés régulièrement. On vous familiarisera avec tout le matériel de sauvetage, les signaux sonores et les comportements à adopter selon l’urgence. En plus d’être rassurant, c’est vraiment intéressant. Il y a même des consignes en cas d’attaque par des pirates pour les bateaux qui naviguent dans les zones à risques.

On peut se balader partout ?

On peut se promener presque partout sur le bateau, sauf pendant les manoeuvres de chargement et déchargement. Certaines zones restent réservées au personnel comme la passerelle, la salle des machines ou encore le carré des officiers. Cependant, on propose généralement une petite visite aux passagers à un moment ou un autre. La passerelle de commande est accessible selon la règle décidée par le capitaine. Parfois, il laisse le libre accès, parfois il faut attendre une invitation.

Y a quoi à picoler ?

On l’a lu dans Tintin, le capitaine Haddock, n’est pas du genre à rechigner sur un petit coup à boire. Encore une fois, la fiction est bien différente de la réalité. Pour des raisons de sécurité, il n’y a pas d’alcool sur les cargos.

Un peu de silence, il y a des gens qui dorment

Les membres d’équipage font des “quarts”, ce qui signifie que même en pleine journée il se peut que certains dorment. Il faut donc éviter de faire trop de bruit dans les couloirs pour ne réveiller personne.

Le contact avec les autres

L’équipage

On compte généralement entre 15 et 25 membres d’équipage de nationalités diverses, dont bien souvent des Philippins. La plupart ne posent pas le pied à terre pendant plusieurs mois et ne voient que bien rarement leur famille. Ils se lèvent tôt, se couchent tôt, vivent en huis clos entre hommes. Bref, c’est une vie difficile, mais ils peuvent se vanter d’avoir fait plusieurs fois le tour du monde et ont des histoires incroyables en pagaille à raconter.

Si vous leur êtes sympathique, vous serez sûrement invité au carré des officiers pour partager de bons moments avec eux. Ils sont généralement accessibles et ouverts. Attention de ne pas les déranger ou être “dans leurs pattes” pendant qu’ils sont en activité. Rencontrer ces hommes à part, c’est ça aussi la richesse du voyage en cargo.

Les passagers

Il n’y a un maximum de 12 passagers sur un cargo, mais en réalité rarement plus de six ou sept.

Les passagers d’un cargo sont souvent des gens atypiques avec des vies intéressantes. On y rencontre des artistes (peintres, photographes, écrivains…), des retraités, ou encore des baroudeurs… Comme pour l’équipage, les nationalités sont souvent multiples. Parler un minimum d’anglais, c’est donc bien. Et puis, on a toutes les occasions de se rencontrer et de bavarder.

Le point commun entre tout le monde, c’est d’avoir choisi ce moyen de transport qui sort de l’ordinaire. Voilà qui fait déjà une bonne raison pour bien s’entendre.

L’argent

Il n’y a rien à acheter à bord, vous n’en aurez donc pas besoin.

Organiser un voyage en cargo

Budget

Un trajet par cargo se calcule par journée. Comptez entre 130 et 150 € par jour et par personne. Les mineurs ont un tarif réduit. Il faut ajouter à cela les frais de douane, les taxes portuaires.

Durée et itinéraire

La durée d’un voyage en cargo est toute relative. On peut embarquer pour moins d’une semaine ou plusieurs mois.

Rien n’oblige à poursuivre le voyage jusqu’à la destination finale du cargo. Il est possible de définir la fin de votre trajet personnel à l’une des escales. Le prix total est calculé selon le nombre de jours passés à bord.

Vous pouvez prévoir de quitter définitivement un navire à une escale. Il est possible de rembarquer sur le même à son prochain passage, s’il fait un circuit, ou sur un autre ayant un trajet différent. Les escales étant toujours très courtes, c’est une façon de vous accorder beaucoup du temps pour visiter. Les agences spécialisées vous aideront à mettre au point des itinéraires sur mesure en étapes.

Sachant qu’en moyenne un cargo se déplace à 15 noeuds, soit 27 km/h, il est facile de se faire une idée approximative du temps et du prix nécessaires pour une distance spécifique. Bien sûr, il faut aussi prendre en compte les aléas météorologiques et mécaniques ainsi que les temps d’escale (entre un et trois jours max).

À titre d’exemple, voici quelques parcours :
– Comptez 19 jours de la Belgique à l’Afrique du Sud
– Comptez huit jours de France (Le Havre) aux États-Unis (New York)

Bagages et équipement

Le poids que vous pouvez emporter dépend des compagnies. Chez CMA-CGM, par exemple, vos bagages peuvent peser 40 kilos maximum .

Age maximum et minimum

En général, les passagers âgés de plus de 77 ans ne sont pas acceptés à bord. L’âge minimum est plus variable, entre 3 et 16 ans selon les compagnies. Les mineurs doivent obligatoirement être accompagnés d’un adulte.

Justificatif de santé

Un certificat médical est obligatoire pour monter sur un cargo. Les compagnies vous fourniront un formulaire à faire remplir et signer par votre médecin. Il faut être capable de circuler sur le bateau, en particulier dans les escaliers et ne pas avoir de maladie chronique.

Si les compagnies sont pointilleuses sur l’âge des passagers et leur santé c’est qu’il n’y a pas de médecin à bord. En cas d’urgence médicale, le bateau doit rejoindre le port le plus proche. Une telle déviation d’itinéraire représenterait des pertes et des complications énormes.

Assurance déviation et maladie

L’assurance déviation couvre les pertes causées à l’armateur dans l’éventualité où une urgence médicale obligerait le cargo à changer sa route pour rejoindre le port le plus proche.

Vous êtes tenu d’avoir une assurance déviation. Elle est généralement comprise dans le prix du ticket.

De même, une assurance maladie est obligatoire.

Animaux de compagnie

Ils ne sont pas acceptés sur les cargos.

Marin Cargo Stop

Le départ

Si vous êtes du genre à arriver à la dernière minute dans un rush d’adrénaline, il va falloir faire très attention.

L’embarquement sur un cargo est semé d’embûches. Les ports sont le plus souvent immenses. Il n’est pas facile d’atteindre le bon quai. Le chemin est entrecoupé de grilles où il faut montrer les autorisations nécessaires. La date de départ peut être modifiée. On vous demandera parfois d’arriver un jour ou deux en avance dans la ville de départ. Heureusement, l’agent portuaire est disponible pour vous aider, vous serez informé en cas de changement et il est possible de connaître en temps réel la position de votre bateau sur internet.

Visas, escales

Les escales sont généralement très courtes. La plupart du temps pas plus d’une journée, rarement plus.

Attention, les bateaux n’attendent jamais un passager en retard pour partir et les ports sont le plus souvent situés loin des centres-ville. Il faut toujours prévoir une marge de sécurité au retour. Vous aurez donc peu de temps pour faire des visites.

Voyager en cargo ne dispense pas de prendre les visas nécessaires. Normalement, un agent d’escale local s’occupe des formalités de douane. Dans le cas des États-Unis, un visa est nécessaire, même si vous ne quittez pas le bateau. Les compagnies et les agences de voyages cargo peuvent vous informer sur les démarches à faire avant de partir.

Les enfants

Comme indiqué précédemment, l’âge minimum est plus variable, entre 3 et 16 ans selon les compagnies. Il n’y a aucun traitement spécial pour les enfants. Ils restent à la charge des parents à 100 %. Il faut bien veiller à leur sécurité et à leurs loisirs.

On pourrait craindre que les enfants s’ennuient en cargo. Rassurez-vous, vous ne trouverez que des témoignages de familles enchantées par leur voyage en cargo avec leurs enfants.

Transporter son véhicule

Vous pouvez embarquer votre véhicule (moto, voiture, camping-car, etc.) sur les cargos transportant des véhicules neufs. Il vous faudra en être propriétaire, être en possession de tous les papiers ainsi que du permis de conduire international. Vous ne pourrez sortir votre véhicule qu’à votre débarquement. Dans tous les autres cas, vous pouvez embarquer votre véhicule comme fret.

Les types de cargos

Il y a de nombreuses sortes de cargos sur lesquels on peut voyager. Chacun a sa spécialité, ses caractéristiques et ses contraintes propres qui influenceront votre voyage en tant que passager. Il est donc important de prendre en compte ces données avant de booker un voyage. Peu importe la destination, il ne faut pas oublier que le temps passé sur un cargo est déjà un voyage.

Porte-conteneurs géants

Description

La majorité des marchandises sur terre sont transportées dans ces grosses boites en fer standardisées : les conteneurs. Ce sont les plus gros cargos du monde (jusqu’à 300 mètres de long) et les plus communs pour le transport de passagers.

Particularités

– Ils desservent énormément de destinations jusqu’à l’autre bout du monde.

– Ils peuvent parfois passer plusieurs semaines consécutives en pleine mer.

– Les cabines sont plus grandes et confortables

– La vue par les hublots peut être bouchée par des conteneurs, surtout si la cabine donne sur l’avant ou l’arrière.

– Les escales sont généralement très courtes, car le chargement/déchargement s’effectue très rapidement. Parfois, on n’a pas même le temps de quitter le port. Ce n’est donc pas le type de navire idéal pour faire le touriste à terre.

Un porte conteneurs

Les portes-conteneurs sont les cargos les plus communs aujourd’hui

Crédit : Aerial View Of A Cargo Vessel, Shutterstock

Feeders

Les feeders sont des petits porte-conteneurs, 2 000 conteneurs maximum contre 15 000 pour les super porte-conteneurs.

Particularités

– Ils font des trajets relativement courts, de sept à 15 jours et restent proches des côtes.

– Ils sont plus petits et offrent donc moins d’espace extérieur.

– Ce sont les cargos les plus ponctuels.

– Ils remontent parfois les grands fleuves.

Feeder

Les feeders remontent parfois les fleuves

Crédit : Feeder ship on Kiel Canal, Shutterstock

Cargos tradis

Description

Avant la généralisation des porte-conteneurs, ils étaient les cargos les plus courants. Aujourd’hui, ils sont devenus plus rares. Ils transportent souvent des marchandises très encombrantes et insolites, inappropriées pour les conteneurs. On reconnaît ces navires à leurs grues intégrées au pont qui servent à charger et décharger le bateau.

Particularités

– Les chargements sont bien plus intéressants à observer. On a déjà vu un cargo tradi charger un train ou encore un yacht.

– Les escales sont plus longues et laissent du temps pour visiter. En effet, les opérations de chargement, déchargement, sont particulièrement délicates.

Cargo tradi

Autrefois les cargos les plus répandus

Crédit : cargo ship boat, Shutterstock

Vraquiers

Description

Les vraquiers transportent en vrac des matières premières (charbon, minerais…) ou tous types de céréales. Il en existe de toutes les tailles. Avec les portes-conteneurs, les vraquiers sont les bateaux de marchandises les plus nombreux.

Particularités

– Les marchandises sont contenues dans les cales et le pont n’est pas encombré. On a donc une plus belle vue dégagée.

Vraquier

Transporte en vrac des céréales ou des matières premières dans les cales

Crédit : Cargo ship underway, Shutterstock

Cargo Tramps

Description

Les tramps sont des vraquiers d’un genre assez particulier. Leur itinéraire n’est pas fixé à l’avance, les ports de chargement et déchargement ou les marchandises transportées se décident en cours de voyage. Seuls les ports d’arrivée et de départ sont connus. Voyager en tramp c’est donc un maximum d’imprévu et d’aventure.

Particularités

– L’itinéraire complet et les escales intermédiaires sont inconnus.

– La durée précise du voyage est inconnue.

– Le paiement est un peu différent.
On paye pour un nombre de jours approximatifs. Selon la durée effective du voyage, le tarif est ajusté. On paye les jours supplémentaires ou bien on est remboursé des jours manquants.

Cargo tramp

Les vraquiers de la Polsteam sont parmi les derniers cargo tramps accessibles aux passagers

Crédit : Uncommon Fritillary

Rouliers

Description

Les rouliers sont de grands parkings flottants, conçus pour transporter des véhicules.

Particularités

– On peut transporter son propre véhicule sans coût supplémentaire.

– Beaucoup d’espace sur le pont pour se balader, avoir une vue dégagée et bronzer. ..

– Plus sensible à la houle

– Plus souvent en retard

Roulier

Les rouliers sont de grands parkings flottants

Crédit : Brian Clayton

Cargos mixtes

Description

Les cargos mixtes sont des transporteurs de passagers, aussi bien que de marchandises. Ils peuvent donc accueillir beaucoup de passagers. On peut parfois les compter en centaines, comme sur le célèbre Aranui qui dessert les îles de Polynésie française.

Ces bateaux sont toujours étroitement liés à la vie des locaux. Il ne s’agit généralement pas tant d’un moyen de transport touristique.

Particularités

– Circuits généralement courts, pas plus de deux semaines

– Ponctuels

– Conditions de confort variables, mais le plus souvent très bonnes, proches du paquebot dans les pays du nord. Elles peuvent être aussi franchement inconfortables comme sur les incroyables bateaux Pelni en Indonésie.

– Avant tout des transports de locaux, donc intéressants pour découvrir la culture.

Cargo Mixte

L’Aranui transporte fret et passagers en Polynésie française

Crédit : Fabienne Morichon

Small Ships et navires spéciaux

Il existe quelques types de navires rares et exceptionnels qui ont en commun d’être nettement plus chers que les cargos ou même souvent que les bateaux de croisières.

Navires Scientifiques

On y embarque pour atteindre des destinations hyper isolées. C’est le cas du navire scientifique Marion Dufresne qui est pratiquement le seul lien maritime possible pour un touriste désirant se rendre sur les îles Crozet, Kerguelen, Amsterdam, Saint Paul… Si pour les scientifiques il s’agit de leur lieu de travail, pour les touristes le bateau fait office de paquebot.

Navires d’expédition

Ils desservent des destinations ordinairement inaccessibles et naviguent dans des zones parfois totalement vierges. Cependant, personne n’utilise ces bateaux comme moyens d’atteindre un lieu particulier. Il s’agit plutôt de croisières (chères) dont le but est d’observer la nature et les animaux sauvages guidés par des scientifiques enseignants .

Baliseurs

L’organisation Trinity House permet de monter sur des baliseurs dans les îles Britanniques. Ces bateaux sont chargés de la maintenance des phares, des bouées et des balises. Là encore, il ne s’agit pas (considérant le prix élevé) d’atteindre une destination, tout l’intérêt consiste à observer l’activité très particulière du bateau.

Grands voiliers

Les grands et majestueux voiliers naviguent eux aussi dans des eaux mythiques, par exemple au Cap Horn. Évidemment, le voyage est très onéreux, surtout si on considère les distances parcourues. Il s’agit de voiliers, on n’avance donc pas au rythme d’un cargo. Il s’agit d’un luxe, un plaisir d’amoureux de bateaux magnifiques. Certains voiliers proposent même une formule participative. Les passagers doivent aider à barrer, faire leurs quarts, s’occuper des cordages, etc.

Où réserver son voyage en cargo

Il existe deux manières de réserver un voyage en cargo. On contacte l’une des quelques agences spécialisées dans le domaine des cargos, ou alors on contacte directement les compagnies qui possèdent un service de réservation. Il faut savoir que la plupart des compagnies sous-traitent la gestion commerciale de leurs cabines passagers aux agences, il est donc inutile d’appeler celles-ci.

Les agences spécialisées cargo

Françaises :

Américaines et Canadiennes :

Australie, Nouvelle Zélande :

Européennes :

Les agences spécialisées navires spéciaux

  • Le Marion Dufresne,
    Navire scientifique vers les terres australes française, Kerguelen, Saint Paul, Amsterdam…
  • Trinity House,
    Voyages sur des baliseurs autour des îles britanniques.
  • Ocean Wide Expedition,
    spécialiste des navires d’expédition en Arctique et Antarctique
  • Linblad expeditions,
    spécialiste des navires d’expédition en partenariat avec National Geographic
  • Under The Pôle,
    Expéditions “hard core” au Pôle Nord et Groenland sur une Goélette de 20 mètres.
  • Quark Expeditions,
    spécialiste des navires d’expédition
  • Star Clippers,
    croisière de luxe sur de magnifiques 3 mâts à voiles
  • Ponant,
    compagnie française de yachting de croisière dans des navires d’exception
  • Hurtigruten,
    spécialiste des navires d’expédition dans le Grand Nord plus proche de la croisière. Ils desservent aussi les ports de la Norvège avec leurs cargos mixtes express côtiers.

Gérard raconte ses voyages en cargo en vidéo

Gérard tient la librairie spécialisée voyage à Lille. C’est aussi un grand voyageur. Il a fait plusieurs très longs voyages en cargo. Dans cette vidéo de 5 minutes, il raconte ses voyages en cargo.

Cette vidéo qui date du temps ou le site Tourdumondiste.com s’appelait encore Voyageautourdumonde.fr a été filmée et montée par Claire Jeandroz des films des deux mains et toutes les photos utilisées sont celles de Gérard lui-même.

En savoir plus

Le guide des voyages en cargo et autres navires

Le Guide Du Voyage En Cargo

Le livre de référence

Résumé :

Ce livre est la référence pour se préparer à voyager en cargo. C’est d’ailleurs l’unique ouvrage traitant de manière précise et détaillée du sujet. On y trouve une mine de conseils, de nombreux témoignages de passagers et surtout une liste des principaux itinéraires avec la description des cargos les empruntant. Vraiment pratique et intéressant.

Prix :

19 euros

Auteurs :

Hugo Verlomme,
Marc-Antoine Bombail

Acheter ce livre

Le Tour du Monde en porte-conteneurs

Résumé :

Le Tour du Monde en porte-conteneurs” est une sorte de journal intime et carnet de route d’une peintre australienne sur un porte-conteneurs de la CMA-CGM. L’auteur nous y livre ses impressions, son vécu, son ressenti. Intéressant, parfois un peu tourmenté. Les illustrations – peintures et photos – de l’artiste sont très belles. Une approche de la rouille surprenante et magique.

Prix :

14,90 euros

Auteurs :

Emmelene Landon

Acheter ce livre

Tour du monde en cargo

Résumé :

Pendant quatre-vingt-quatre jours, trois équipes de tournage de l’émission Thalassa se sont relayées à bord de porte-conteneurs de la compagnie CMA-CGM. Leur mission: effectuer un tour du monde d’est en ouest pour filmer et raconter le quotidien des équipages travaillant à bord de ces géants des mers qui sillonnent inlassablement tous les océans et toutes les mers de la planète. Du Havre à New York, de Panama à Shanghai, ce carnet de bord retrace en images ce voyage autour du monde.

Prix :

29,90 euros

Auteurs :

Jérôme Laurent,
Ramón Gutiérrez,
Juliette Lambot

Acheter ce livre

Liens intéressants

  • Rémi OUDIN ,
    raconte son voyage sur un vraquier de la PZM
  • Sarah , la blogueuse a voyagé en cargo de la Malaisie jusqu’en France. Un super article avec inclus : de la détente, du bronzage, mais aussi de l’humour, et des pirates.
  • Madame Oreille, a écrit un article sympa sur un court voyage sur un porte-conteneur de la CMA-CGM. Il est accompagné de ses très belles photos.
  • Encore Madame Oreille , a rédigé sous forme de questions-réponses un petit carnet pratique du voyage en cargo.

Ils ont participé à l'écriture de cet article

Un grand merci à ceux et celles qui nous ont aidé à écrire cet article :

Gérard, libraire de voyage à Lille

Gérard mon libraire préféré et grand voyageur en cargo

Autourdumonde.biz ,
Allez voir le site internet de la librairie de Gérard qui se trouve à Lille. Elle s’appelle “Autour du Monde”, certainement la meilleure librairie spécialisée voyage du monde.

Fabienne devant le cargo Aranui

Fabienne voyageuse à cargo

Tu as aimé cette page ?
Partage là !