Voir tous les dossiers
Louer un van, un camping car ou une voiture en Nouvelle Zélande

Louer un Van, un Camping-car ou une Voiture en Nouvelle Zélande

La Nouvelle Zélande est un grand pays (plus de 1 000 km du nord au sud) qui est peu peuplé (moins de cinq millions d’habitants). Il y a peu de transports en commun et d’hôtels en dehors des grandes villes. La nature y est magnifique et il y a des campings partout. C’est pourquoi la plupart des voyageurs louent un véhicule pour se déplacer et souvent même pour y dormir. Dans ce dossier, on vous donne toutes les informations dont vous avez besoin pour louer votre véhicule et préparer votre road-trip.

Notre enquête

On a réalisé une grande enquête du 27 au 31 mars 2019, auprès de 404 tourdumondistes qui ont loué un véhicule en Nouvelle Zélande. On leur a demandé quel type de véhicule ils ont loué, par quelle société de location ils sont passés, combien ils ont payé… On y fera régulièrement référence dans ce dossier. En savoir plus sur notre méthodologie

Louer ou acheter ?

Le choix de louer votre véhicule ou d’en acheter un d’occasion en arrivant dépend principalement du temps que vous comptez passer en Nouvelle Zélande. On vous conseille la location si vous restez moins de deux mois. Si vous restez plus longtemps, l’achat devient plus intéressant.

Avantages de la location

  • Pas de démarches administratives
  • Véhicules généralement plus récents et en meilleur état
  • Possibilité de réserver avant d’arriver
  • Moins de temps de recherche

Inconvénients de la location

  • Plus cher que l’achat si vous restez longtemps
  • Flexibilité limitée, car il faut rendre le véhicule à une date et dans une ville précises

Avantages de l’achat

  • Liberté d’improviser votre itinéraire au fur et à mesure
  • Moins cher sur une longue période, car vous revendez le véhicule avant de partir
  • Possibilité d’aménager votre véhicule comme vous le voulez

Inconvénients de l’achat

  • Démarches administratives
  • Risque de panne potentiellement coûteuse
  • Temps de recherche : facilement deux semaines pour l’achat et la revente
  • Risque de devoir brader votre véhicule si vous êtes pris par le temps

Types de véhicules

Critères de choix

Nombre de passagers

C’est le premier critère qui guidera votre choix. Selon le type de véhicule, entre deux et six personnes peuvent dormir. Si vous êtes peu nombreux, trouver d’autres voyageurs qui veulent faire le même trajet que vous peut vous permettre de louer un plus gros véhicule et de partager les frais.

Confort / équipement

Certains équipements comme une douche, des toilettes ou une cuisine ne sont disponibles que sur les plus gros véhicules. Si vous voulez pouvoir passer vos nuits dans la nature, vous devrez avoir un véhicule “self-contained”, avec des toilettes et un système de récupération des eaux usées.

Budget

Plus votre budget est élevé, plus vous pourrez louer un véhicule spacieux et bien équipé.

Voiture, monospace, van ou camping-car ?

Selon notre enquête auprès des tourdumondistes qui ont loué un véhicule en Nouvelle Zélande :

  • 27 % ont loué une voiture

  • 8 % ont loué un monospace

  • 48 % ont loué un van

  • 17 % ont loué un camping-car

Dans notre enquête, nous avons demandé aux tourdumondistes combien ils avaient dépensé au total pour la location de leur véhicule, pour l’éventuelle assurance optionnelle et pour le carburant. Nous leur avons aussi demandé la durée de leur road-trip. Nous avons donc pu calculer, pour chaque type de véhicule, le coût moyen par jour de la location assurance incluse et du carburant.

Voiture

Coût moyen :

  • Location : 57 NZ$ (34 €) par jour (assurance comprise)

  • Carburant : 18 NZ$ (11 €) par jour

L’option la plus économique si vous voyagez à deux est de louer une petite voiture de type Toyota Yaris et d’acheter une tente. Si vous ne voulez pas vous embêter à monter votre tente tous les jours, vous pouvez aussi opter pour un break (un peu plus cher). En rabattant les sièges arrière, vous pourrez dormir à deux dans le coffre. Les voitures ne sont pas “self-contained” ce qui limite les emplacements où vous pouvez dormir. En revanche, elles consomment beaucoup moins de carburant que les vans.

Voiture

Une voiture + une tente, y a pas moins cher

Monospace

Coût moyen :

  • Location : 92 NZ$ (55 €) par jour (assurance comprise)

  • Carburant : 34 NZ$ (20 €) par jour

Beaucoup de sociétés de location proposent des monospaces (minivans en anglais) aménagés avec un lit pliable à l’arrière. Ils sont généralement équipés d’une kitchenette. Ils coûtent un peu plus cher qu’une voiture, mais sont plus confortables. Il est possible d’y voyager à deux ou jusqu’à quatre, avec deux personnes qui dorment à l’arrière du véhicule et deux autres sous une tente. Comme les voitures, les monospaces ne sont pas “self-contained”. Le modèle de monospace de location le plus courant en Nouvelle Zélande est le Toyota Estima.

Monospace

Un monospace Toyota Estima de la société Spaceships

Van

Coût moyen :

  • Location : 97 NZ$ (58 €) par jour (assurance comprise)

  • Carburant : 34 NZ$ (20 €) par jour

Appelés campervans en anglais, ils sont plus grands que les monospaces. Ils disposent d’au moins deux couchages, voire quatre lorsqu’ils ont un toit surélevé (vous pouvez alors y tenir debout). Certains modèles sont “self-contained”, ce qui vous permet de passer la nuit dans un plus grand nombre d’emplacements. Ils sont généralement bien équipés, avec une douche, des toilettes, une kitchenette et des prises électriques. Le modèle de van le plus courant en Nouvelle Zélande est le Toyota Hiace.

Van

Un van Toyota Hiace de la société Jucy

Crédit : Les Oumalou’s autour du monde

Camping-car

Coût moyen :

  • Location : 342 NZ$ (204 €) par jour (assurance comprise)

  • Carburant : 40 NZ$ (24 €) par jour

Appelés motorhome en anglais, ils sont construits sur un châssis de véhicule utilitaire. Ils peuvent être conduits avec un permis voiture. Ils disposent généralement de quatre à six couchages. Ils sont donc particulièrement adaptés aux familles. On peut y tenir debout confortablement. Ils sont toujours “self-contained” et sont très bien équipés avec souvent une petite salle de bain. Les plus petits camping-car sont souvent des “profilés” très aérodynamiques. Les modèles plus grands ont généralement une “capucine”. Il s’agit d’un espace supplémentaire au-dessus de la cabine de conduite qui sert de zone de couchage. Les modèles “intégral”, qui sont faits d’une seule pièce, sont rares en Nouvelle Zélande.

Camping Car

Un camping-car capucine de la société Apollo

Crédit : Karine Burnier

Carburant

Sur le marché néo-zélandais de la location :

  • La grande majorité des voitures sont à essence, surtout les petits modèles.

  • Les vans peuvent être diesel ou à essence.

  • Presque tous les camping-cars sont diesel.

Les carburants sont moins chers qu’en France. En avril 2019, le prix du gazole était de 1,65 NZ$ (1 €) par litre en moyenne. L’essence coûtait 2,19 NZ$ (1,32 €) par litre.

Cependant, il ne s’agit que de moyennes. Le prix des carburants varie beaucoup plus qu’en France d’une station à l’autre. Au moment d’écrire cet article, le prix du diesel varie par exemple entre 1,38 NZ$ (0,82 €) et 1,89 NZ$ (1,12 €) par litre. Sur le plein d’un camping-car, la différence est de presque 40 NZ$ (24 €) ! On vous conseille donc d’utiliser l’application Gaspy pour trouver les stations les moins chères.

Les vans diesel sont généralement plus chers en location que les vans essence, mais ils consomment un peu moins de carburant. Il faut faire votre calcul en fonction des véhicules que vous trouverez et du nombre de kilomètres que vous comptez parcourir pour savoir quel carburant est le plus intéressant pour vous. Il n’y a pas de règle générale.

Attention, les distances sont parfois longues entre deux stations essence, notamment sur l’île du sud. Pensez à faire le plein avant d’aborder un long tronçon sans station.

En Nouvelle Zélande, les véhicules diesel doivent payer une taxe. Il est obligatoire d’acheter des kilomètres (Road User Charges) et de coller sur le pare brise une étiquette indiquant combien de kilomètres le véhicule est autorisé à parcourir. Les Road User Charges coûtent 68 NZ$ (40 €) pour 1 000 km, soit 0,068 NZ$ (0,04 €) par kilomètre. Plus d’infos sur le site de la NZ Transport Agency

Ce sont les sociétés de location qui payent cette taxe. Elle est souvent incluse dans le prix de la location, mais certains loueurs répercutent son prix à leurs clients.

Boîte de vitesse

Boite automatique

En Nouvelle Zélande, la plupart des véhicules sont automatiques.

En Nouvelle Zélande, la majorité des véhicules de location sont automatiques, surtout les plus récents. C’est plutôt une bonne chose, car dans ce pays, on conduit à gauche. Le volant est donc à droite et il n’est pas facile de changer les vitesses de la main gauche.

Si vous n’avez jamais utilisé de boîte automatique, ne vous inquiétez pas, c’est assez facile. Il n’y a que deux pédales : l’accélérateur et le frein. Il n’y a pas de pédale d’embrayage. Vous devez appuyer sur la pédale de frein pour démarrer le moteur. Vous pouvez ensuite positionner le levier sur D (Drive).

Quand vous levez doucement le pied de la pédale de frein, votre véhicule se met à avancer. Vous pouvez ensuite appuyer sur l’accélérateur. Le personnel de votre société de location pourra vous expliquer comment ça fonctionne.

Si vous êtes vraiment réticent à conduire un van ou un camping-car automatique, vous pourrez trouver des modèles manuels. Il faudra juste être un peu moins exigeant sur le choix.

Pour les voitures, c’est plus compliqué, car en location, il n’y a presque que des automatiques.

4x4 ou 2 roues motrices

En Nouvelle Zélande, il est possible de circuler presque partout avec un véhicule à deux roues motrices. Un 4×4 peut être utile pour accéder à certains endroits très reculés par des routes en gravier, mais c’est loin d’être indispensable. Les vans et les camping-car proposés sur les sites de location ne sont d’ailleurs quasiment jamais à quatre roues motrices.

En revanche, si vous visitez le pays en hiver, il vous faudra des chaînes, car le pays est très montagneux et les routes sont souvent enneigées en altitude. Les sociétés de location peuvent vous en louer avec le véhicule.

Réservation

Sociétés de location

Dans le tableau ci-dessous, vous trouverez les 22 principales sociétés de location néo-zélandaises. Nous les avons classées en fonction du nombre de répondants à notre enquête qui ont loué leur véhicule chez elles. Nous y indiquons les types de véhicules disponibles aussi que les notes moyennes dans notre enquête et sur les principaux sites de notation en Nouvelle Zélande (Google, Rankers et Motorhome Republic).

Part des répondants à notre enquête qui ont loué auprès de cette agence Voiture Monospace aménagé Van aménagé Camping-car Moyenne des notes de notre enquête, Google, Rankers et Motorhome Republic
Jucy 13% 7,6 / 10
Lucky Rentals 8% 5,3 / 10
Escape Rentals 6% 8,6 / 10
Wendekreisen 6% 8,4 / 10
Spaceships 5% 8,5 / 10
Apex Car Rentals 5% 7,3 / 10
Apollo Motorhomes 5% 5,5 / 10
Britz Campervan Rentals 4% 7,3 / 10
Maui Motorhomes 4% 7,4 / 10
Kiwi Campers 2% 5,6 / 10
Tui Campers / Sleepervans 5% 5,6 / 10
Rental Car Village 2% 7,5 / 10
Cheapa Campa 2% 7,1 / 10
Happy Campers 2% 7,3 / 10
Wicked Campers 2% 6,4 / 10
Europcar 2% 5,3 / 10
Hertz 2% 6,4 / 10
Travellers Autobarn 2% 8,9 / 10
Avis 2% 5,8 / 10
Ezi Car Rental 2% 7,9 / 10
Omega Rental Cars 2% 9,3 / 10
Hitch Car Rentals 2% 8,5 / 10

Comparateurs

Il existe des dizaines de sociétés de location de véhicules en Nouvelle Zélande. Pour éviter de devoir consulter tous leurs sites un par un, la plupart des voyageurs passent par un comparateur de location. Le plus utilisé par les répondants à notre enquête est, de loin, Motorhome Republic. Il regroupe presque toutes les sociétés de location de monospaces, vans et camping-cars en Nouvelle Zélande et a un service client francophone. Vous pouvez y rechercher votre véhicule via le module ci-dessous.

Loading search form…

La seule société de location importante qui n’y figure pas est Wendekreisen. On vous conseille donc d’aller voir directement sur leur site.

Si vous voulez louer un voiture, vous pouvez utiliser le comparateur Airport Rentals.

Agences francophones

Il existe aussi deux agences francophones Frogs in NZ et Detrour NZ qui proposent des locations de vans. Elles fonctionnent à l’ancienne. Il faut soumettre une demande de devis sur leur site et elles vous envoient une proposition. Si vous passez par elles, elles vous fourniront un véhicule d’une des grandes sociétés de location (Jucy, Lucky, Escape, Spaceships…). En cas de problème, vous risquez donc de vous retrouver en face de deux interlocuteurs qui se renvoient la balle. On ne voit donc pas trop l’intérêt de passer par ces agences.

Limiter le coût de location

Louer une voiture et acheter une tente

Comme nous l’avons vu plus haut, le coût moyen de la location assurance comprise et du carburant dépend de la taille du véhicule :

  • Voiture : 57 NZ$ (34 €) de location + 18 NZ$ (11 €) de carburant par jour

  • Monospace : 92 NZ$ (55 €) de location + 34 NZ$ (20 €) de carburant par jour

  • Van non self-contained : 87 NZ$ (52 €) de location + 34 NZ$ (20 €) de carburant par jour

  • Van self-contained : 102 NZ$ (61 €) de location + 34 NZ$ (20 €) de carburant par jour

  • Camping-car : 342 NZ$ (204 €) de location + 40 NZ$ (24 €) de carburant par jour

Le plus économique

La solution la plus économique est de louer une petite voiture et d’acheter une tente. Même si vous devez payer certains campings, ça reste moins cher que de louer un plus gros véhicule (et ça pollue moins).

D’autre part, la location des voitures est couverte par l’assurance des cartes bancaires premium (Visa Premier, Gold Mastercard….), mais pas celle des vans et des camping-cars (voir le chapitre Assurances).

Plusieurs répondants à notre enquête qui ont loué un van nous ont dit que si c’était à refaire, ils prendraient juste une voiture et une tente. C’est ce que nous avons fait nous-même en Nouvelle Zélande et en Australie et nous avons trouvé cette solution parfaite, même si une Yaris, ça fait moins “cool” qu’un van sur Instagram 😉

Tente

Voiture + tente : la solution la plus économique

Crédit : Rémy Boyer

Venir hors saison

La Nouvelle Zélande est dans l’hémisphère sud. La haute saison touristique s’y étend donc d’octobre à mars. Pendant cette période, la location d’un van coûte en moyenne 106 NZ$ (63 €) par jour assurance comprise. Les mois de janvier et de février sont les plus chargés. Pendant la basse saison, d’avril à septembre, les prix sont presque divisés par deux à 62 NZ$ (37 €) par jour en moyenne.

Louer longtemps à l’avance

Plus vous louerez votre véhicule longtemps à l’avance, plus vous aurez de chances d’obtenir un bon prix. Selon notre enquête, les trois quarts des voyageurs louent leur véhicule par internet avant d’arriver en Nouvelle Zélande. Si vous venez hors saison, vous pouvez vous y prendre environ deux mois à l’avance. En haute saison, il vaut mieux réserver au moins six mois à l’avance.

Voyager du sud vers le nord

La Nouvelle Zélande fait plus de 1 000 km du nord au sud. Il est donc difficile de louer et de rendre votre véhicule dans la même ville si vous visitez les deux îles. C’est pourquoi les trois quarts des tourdumondistes louent leur véhicule dans une ville et le rendent dans une autre.

La plupart des sociétés de location font payer un supplément si vous louez votre véhicule à Auckland et que vous le rendez à Christchurch. Dans l’autre sens, il n’y a généralement pas de supplément, car la demande est moins forte dans le sens sud-nord.

Si vous visitez les deux îles, il vaut donc mieux louer votre véhicule à Christchurch et le rendre à Auckland. Pensez-y quand vous achetez vos billets d’avion.

Faire attention au kilométrage autorisé et aux Road User Charges

Avant de valider votre réservation, vérifiez bien le nombre de kilomètres auxquels vous avez droit. La Nouvelle Zélande est un grand pays, vous ferez sans doute doute beaucoup de kilomètres.

Si vous dépassez le kilométrage autorisé, vous risquez de devoir payer un gros supplément. Si vous choisissez un véhicule diesel, vérifiez aussi si les Road User Charges (voir ci-dessus) sont incluses dans le prix de votre location ou si vous devez les payer en plus.

Compteur Van

Les vieux vans peuvent avoir un paquet de kilomètres au compteur.

Crédit : Florence Rondeau

Limiter le nombre de conducteurs

Il faut généralement payer un supplément pour chaque conducteur supplémentaire (sinon ils ne sont pas assurés). Limiter le nombre de conducteurs permet donc de faire des économies. Cependant, si vous conduisez sur de longues distances, il est bon de pouvoir se relayer au volant.

Louer de particulier à particulier

Plusieurs sites vous permettent de louer un véhicule directement à un particulier : Share a Camper, Mighway et RVWorldwide. Ils fonctionnent de la même façon qu’AirBnB. Le paiement se fait sur les sites et inclut une assurance.

Cependant, cette solution est peu adaptée si vous comptez visiter les deux îles, car il faut toujours rendre le véhicule à l’endroit ou vous le louez. Aucun répondant à notre enquête n’a loué son véhicule à un particulier.

Louer un véhicule plus vieux

Les véhicules plus vieux sont moins chers, mais il vaut mieux être bricoleur et pas trop pressé, car les problèmes mécaniques y sont plus fréquents. Les véhicules des loueurs roulent beaucoup et les plus anciens ont beaucoup de kilomètres au compteur.

Éviter de choisir un conducteur trop jeune

En Nouvelle Zélande, il faut généralement avoir 21 ans pour louer un véhicule, même si certaines sociétés louent dès 18 ans. Il y a parfois un supplément pour les conducteurs de moins de 25 ans.

Si vous vous voyagez à plusieurs et que vous êtes jeunes, il vaut donc mieux choisir le plus vieux d’entre vous comme conducteur.

Faire de la relocation

Le concept de la relocation est simple. Les sociétés de location ont besoin de déplacer des véhicules d’une agence à l’autre. Il leur coûte moins cher de les faire déplacer par des voyageurs que de payer quelqu’un pour le faire. Elles offrent donc des jours de location pour certains trajets.

Les sites Transfercar et Imoova agrègent les offres de relocation des différentes sociétés de location.

Vous pouvez aussi trouver des offres de relocation directement sur les sites des loueurs suivants : Jucy, Spaceships, Apollo, Cheapa Campa, Hippie Camper, Wicked Campers, Hertz, Travellers Autobarn, Ezi Car Rental, Omega Rental Cars, Wilderness, Wendekreisen, Ace Rental Cars et Go Rentals.

Bien sûr, les sociétés de location ne vont pas offrir des véhicules de location sans qu’il y ait des restrictions. Celles-ci sont différentes selon les loueurs. Lisez donc bien les conditions de location.

Parmi les répondants à notre enquête, presque personne n’a mentionné la relocation. En effet, la durée de location totale est limitée et elle est beaucoup plus courte que le temps que prévoient les voyageurs pour leur road trip.

Camping Car Mount Cook

La relocation laisse peu de temps pour visiter la Nouvelle Zélande.

Crédit : Envie du Monde

Les principales restrictions auxquelles il faut faire attention

  • Durée gratuite limitée : La durée de location gratuite (ou à prix réduit) est généralement comprise entre un et six jours. Vous pouvez prendre le véhicule pour une plus longue durée, mais vous devrez alors payer pour les jours supplémentaires.
  • Durée totale limitée : La durée totale (incluant les jours gratuits et les jours supplémentaires à votre charge) est également limitée. Elle dépasse rarement une dizaine de jours, ce qui laisse très peu de temps pour visiter le pays.
  • Kilométrage limité : Il y a parfois une limite au nombre de kilomètres que vous pouvez parcourir. Vous devrez alors payer un supplément pour les kilomètres supplémentaires.
  • Coût du carburant : La société de location paie parfois un plein d’essence, mais vous devez payer pour les pleins supplémentaires si vous parcourez des longues distances. Chez certains loueurs, le carburant n’est pas inclus du tout.
  • Coût du ferry : Si vous voyagez entre l’île du nord et l’île du sud, vérifiez si le prix du ferry est inclus. C’est rarement le cas.
  • Assurance : L’assurance de base est toujours incluse, mais vous devrez généralement payer en plus si vous voulez une assurance avec une franchise moins élevée.
  • Direction du trajet : Il y a plus d’offres de relocation du sud vers le nord que dans le sens inverse, car les gens ont tendance à voyager du nord vers le sud.

Assurance

Vocabulaire

Les assurances sont déjà compliquées en français, mais en anglais elles peuvent devenir vraiment galère à comprendre. Du coup, on va commencer par vous donner un peu de vocabulaire de base pour que vous puissiez comprendre ce que vous propose votre société de location :

  • Excess : franchise, c’est ce qui reste à votre charge en cas de dommage.
  • Bound ou deposit : caution, c’est la somme que le loueur débite sur votre compte au moment de la location et vous rend au retour du véhicule si tout s’est bien passé.
  • Third party insurance : assurance des tiers, c’est la garantie qui couvre les dommages que vous pourriez causer aux biens d’autres personnes avec votre véhicule.
  • Liability : c’est ce dont vous êtes responsable.
  • Loss of use : c’est la perte de revenus pour le loueur à cause de l’immobilisation de votre véhicule pour réparation.

Assurance de base

Votre contrat de location comprend obligatoirement une assurance de base qui couvre généralement :

  • Les dommages sur votre véhicule et les frais de remorquage
  • Les dommages sur la propriété ou le véhicule d’une autre personne
  • Le vol ou le vandalisme sur votre véhicule
  • La perte de revenus pour le loueur à cause de l’immobilisation du véhicule pour réparation

L’assurance de base comporte une franchise élevée. Cela signifie que si vous endommagez votre véhicule ou celui de quelqu’un d’autre, vous devrez payer de votre poche jusqu’à hauteur de la franchise. Au-delà de ce montant, c’est l’assurance qui prendra les frais en charge.

En Nouvelle Zélande, l’assurance auto n’est pas obligatoire. Même si vous n’êtes pas en tort, vous pouvez donc perdre votre franchise si votre loueur n’arrive pas à récupérer l’argent auprès de la personne non assurée avec qui vous avez eu un accident. Cependant, ce n’est arrivé à aucun des répondants à notre enquête. La probabilité que ça arrive est sans doute très faible.

Niveaux de couverture

Les sociétés de location proposent généralement trois niveaux de couverture. Ces niveaux ont des noms différents dans chaque société de location, mais le principe reste à peu près le même :

  • Basique : sans frais supplémentaires, franchise entre 2 500 et 5 000 NZ$ (entre 1 500 et 3 000 €)
  • Intermédiaire : 15 à 25 NZ$ (9 à 15 €) par jour pour un van, franchise moins de 1 500 NZ $ (900 €)
  • Complète : 25 à 35 NZ$ (15 à 20 €) par jour pour un van, pas de franchise

Les niveaux Intermédiaire et Complet comportent généralement moins d’exclusions que le niveau Basique.

Une assurance complète peut donc représenter un surcoût de plus de 800 NZ$ (475 €) pour la location d’un van sur un road-trip d’un mois !

Exclusions

Il y a souvent des éléments qui ne sont pas pris en charge par l’assurance du loueur. Voici les exclusions les plus courantes, à vérifier dans votre contrat :

  • Frais de remorquage
  • Dommages au pare-brise
  • Dommages aux pneus
  • Dommages au toit
  • Dommages au châssis
  • Dommages aux rétroviseurs
  • Basculement du véhicule
  • Routes en graviers
  • Conduite en état d’ivresse
  • Non respect du code de la route
  • Conducteur dont le nom ne figure pas sur le contrat
  • Oubli de fermer le véhicule à clé
  • Panne d’essence
Van Route Gravier

Avec l’assurance de base, vous ne serez sans doute pas assuré sur les routes en gravier.

Crédit : Les Oumalou’s autour du monde

Caution

Si vous vous contentez de l’assurance de base de votre contrat de location, une caution vous sera généralement prélevée au moment de la prise en charge de votre véhicule. Si vous prenez l’assurance optionnelle pour réduire la franchise, il n’y a pas de caution.

Chaque société de location a ses propres règles. Certaines prélèvent le montant de la franchise, d’autres le gèlent sur votre compte bancaire et d’autres encore se contentent de prendre une empreinte de carte bancaire.

La somme prélevée est rendue à la fin, mais faites attention aux éventuels frais bancaires (voir notre comparatif des frais bancaires à l’étranger). Ils ne vous seront pas rendus.

On entend parfois dire qu’il faut une carte de crédit (à débit différé) pour louer un véhicule et que les cartes de débit (à débit immédiat) ne permettent pas de prendre une caution. Aucun des répondants à notre enquête ayant utilisé une carte de débit n’a eu de problème. Tant que votre compte est approvisionné et que votre plafond de paiement est suffisant, vous pouvez utiliser une carte de débit. En revanche, il est parfois impossible de payer avec une carte à autorisation systématique (type N26, Revolut, Max…).

Responsabilité civile

En Nouvelle Zélande, si vous causez des blessures à quelqu’un lors d’un accident, vous ne serez pas poursuivi. Ses soins médicaux seront pris en charge par l’ACC (Accident Compensation Corporation) à condition que vous ne soyez pas en état d’ébriété ou que vous ne conduisiez pas de façon dangereuse.

Cette assurance est payée par des taxes sur le carburant et les immatriculations et couvre les conducteurs étrangers aussi bien que les néo-zélandais. Vous n’avez donc pas besoin d’assurance responsabilité civile.

Assurance de votre carte bancaire

L’assurance des cartes bancaires premium, comme la Visa Premier ou la Gold Mastercard, couvrent votre véhicule de location pendant :

  • les 180 premiers jours de votre voyage pour les Visa
  • les 90 premiers jours de voyage pour les Mastercard

Cette couverture est limitée aux 31 premiers jours de location, même si la location est constituée de plusieurs contrats successifs.

Carte Visa Premier

La franchise est couverte pour une voiture, mais ni pour un van ni pour un camping-car.

Les véhicules de plus de 3,5 tonnes de poids total autorisé à vide ou de plus de 8m3 de volume de charge ainsi que les 4×4 et les camping-car ne sont pas couverts. Les vans aménagés sont malheureusement considérés comme des camping-car (ça nous a été confirmé par Visa et Mastercard) et ne sont donc pas couverts, même s’ils font moins de 3,5 tonnes.

Si vous louez une voiture, l’assurance de votre carte vous remboursera votre franchise en cas de dommages, de vol de votre voiture ou de dommages matériels que vous pourriez causer à un tiers.

Vous n’avez donc pas besoin de prendre l’assurance complémentaire proposée par votre loueur. Si le montant des réparations dépasse la franchise, c’est l’assurance de base de votre contrat de location qui les prendra en charge.

Vous devrez tout de même laisser une grosse caution au loueur qui sera débitée sur votre compte et vous sera remboursée à la fin de votre location. En cas d’accident, la société de location utilisera votre caution pour réparer la voiture et en parallèle vous ferez une réclamation auprès de votre banque pour être remboursé.

Les cartes bancaires de base, comme la Visa Classic ou la Standard Mastercard ne couvrent jamais les locations de véhicules. La carte Revolut Premium ne les couvre pas non plus et la carte N26 Black ne couvre que jusqu’à 750 € de franchise.

Voir notre comparatif des assurances des cartes bancaires

Assurance voyage

Si vous avez une assurance voyage de type Chapka, ACS, AVI…, elle couvre vos frais médicaux en cas d’accident, mais pas les dommages causés à votre véhicule, ni ceux que vous pourriez causer à un tiers.

Rental Cover

Il existe une alternative aux assurances proposées par les loueurs. Rental Cover vous permet de ne pas avoir de franchise à payer en cas de sinistre. Elle offre généralement un bien meilleur rapport couverture / prix que les assurances optionnelles des sociétés de location et ont moins d’exclusions.

Il faut prendre cette assurance avant de commencer à rouler avec votre voiture de location. Vous pouvez choisir le montant de la franchise que vous voulez assurer. Calez-vous sur la franchise de l’assurance de base de la société de location que vous avez choisie.

Si vous optez pour cette assurance, le loueur vous débitera généralement une caution. En cas d’accident, les frais de réparations seront prélevés sur votre caution. Vous ferez ensuite une demande de remboursement de la partie de la caution qui vous aura été prélevée sur le site de votre assurance qui vous remboursera en quelques jours. Si le montant des réparations dépasse la franchise, c’est l’assurance de base de votre contrat de location qui les prendra en charge.

Les répondants à notre enquête qui sont passés par Rental Cover et ont eu un accident ont tous été satisfaits de leur remboursement.

Notre enquête

Voici les solutions qu’ont choisies les voyageurs qui ont répondu à notre enquête :

  • 8 % ont juste pris l’assurance de base du loueur sans être couverts par leur carte bancaire.
  • 34 % ont juste pris l’assurance de base du loueur et étaient couverts par leur carte bancaire (ou croyaient l’être, car parmi eux, beaucoup ont loué un van ou un camping-car qui ne sont pas couverts par les assurances des cartes bancaires).
  • 5 % ont juste pris l’assurance de base du loueur et ont pris une assurance spécialisée.
  • 53 % ont payé pour une assurance optionnelle du loueur.

Équipement

Équipement de base du véhicule

L’équipement dépend de la gamme du véhicule que vous louez. Les principaux équipements que vous pourrez avoir à bord sont :

  • Draps
  • Équipement de cuisine
  • Cartes et guides
  • Toilettes
  • Douche
  • Eau chaude
  • Évier
  • Climatisation
  • Chauffage électrique ou au gaz
  • Table de cuisson
  • Four
  • Micro-onde
  • Frigo / Glacière
Cuisine Van

Les vans de location ont souvent tout l’équipement nécessaire pour cuisiner.

Crédit : Florence Rondeau

Si vous louez un véhicule self-contained, il sera autonome pendant trois jours.

Il faudra vider les toilettes et le réservoir d’eaux usées dans une station de vidange (dump station) au maximum tous les trois jours. Il s’agit d’un trou dans le sol dans lequel s’écoulent les eaux usées qui sont ensuite stockées dans un grand réservoir. Vous les trouverez sur les applis Campermate, Wikicamp ou Rankers. Elles sont la plupart du temps gratuites. Voir le guide How to use a dump station ?

Si votre véhicule dispose d’un branchement électrique, vous aurez besoin d’un emplacement avec électricité pour pouvoir utiliser les prises, le four micro-ondes et le chauffage si celui-ci est électrique. En revanche, il y a généralement une batterie secondaire pour les lampes et le frigo.

Si votre véhicule ne dispose pas d’un branchement électrique, vous pouvez acheter un adaptateur allume-cigare 12V vers 240V qui vous permettra de recharger vos appareils électroniques.

Certains véhicules sont équipés de bouteilles de gaz pour le chauffage et l’eau chaude. Cela permet de rester au chaud en hiver sans être branché à l’électricité. Elles durent généralement cinq à dix jours. Elles doivent être pleines quand vous rendez le véhicule.

Matériel supplémentaire

En plus de l’équipement de base du véhicule, les sociétés de location vous proposent du matériel à louer. Louer votre matériel vous fera gagner un peu de temps, mais ce service se paie au prix fort. Le prix de la location est souvent aussi élevé que le prix d’achat neuf.

Matériel de Camping

Une annonce trouvée sur notre groupe Facebook

Si vous n’êtes pas trop pressé, on vous conseille donc plutôt de racheter votre matériel à d’autres backpackers qui quittent la Nouvelle Zélande. Vous trouverez plein d’annonces dans notre groupe Facebook d’annonces entre voyageurs ou les groupes Facebook de backpackers en Nouvelle Zélande : Français en Nouvelle Zélande, Backpackers New Zealand, New Zealand Backpacker Market, Campervan, Camping Gear, New Zealand Backpackers, New Zealand Marketplace et Backpacking New Zealand.

Vous pouvez aussi simplement chercher “camping equipment”, “camping gear” ou “camping set” sur Facebook Marketplace (qui regroupe les annonces de tous les groupes) dans la ville où vous êtes.

Discutez-en également avec d’autres voyageurs en arrivant. Ils auront peut-être du matériel à vendre ou connaîtront quelqu’un qui en a.

Si vous ne trouvez pas tout ce dont vous avez besoin d’occasion, vous pouvez simplement compléter au supermarché du coin. En partant, vous pourrez, de la même façon, revendre votre matériel à d’autres voyageurs.

Voici la liste du matériel qu’il est possible d’emporter pour votre road-trip. Bien entendu, on ne vous conseille pas de prendre tout ça. On vous laisse choisir en fonction de vos besoins et de ce qui est déjà inclus avec votre véhicule.

Pour manger :

  • Table pliante
  • Chaises pliantes
  • Réchaud
  • Bouteilles de gaz
  • Briquet
  • Torchon
  • Bassine ou seau
  • Ouvre-boîtes
  • Couteau suisse
  • Passoire
  • Saladier
  • Glacière et pains de glace
  • Assiettes
  • Cuillères
  • Fourchettes
  • Couteaux
  • Verres en plastique
  • Économe
  • Planche à découper
  • Casserole
  • Poêle
  • Spatule en bois
  • Passoire
  • Bacs de rangement
  • Boîtes hermétiques
  • Pochettes zip
  • Bidon pour l’eau

Pour dormir :

  • Tente
  • Matelas gonflable
  • Sac de couchage
  • Tapis de sol
  • Oreiller
  • Draps
  • Couverture ou plaid
  • Bâche
  • Lampe

Pour la toilette :

  • Douche solaire
  • Serviette
  • Toilette portable
  • Produit chimique pour les toilettes
  • Papier toilette

Pour le véhicule :

  • Barres de toit
  • Coffre de toit
  • Chaînes pour la neige
  • GPS
  • Support téléphone
  • Connecteur WiFi
  • Chargeur USB pour allume cigare
  • Câble mini-jack
  • Kit de premier secours
  • Siège bébé
  • Pare-soleil
  • Guide de voyage
  • Carte routière

Certification self-contained

Qu’est-ce-que la certification self-contained ?

Un véhicule peut être certifié self-contained s’il possède les équipements nécessaire pour vivre trois jours en autonomie :

  • Un réservoir d’eau potable : 12 litres par personne
  • Un évier avec siphon connecté à un réservoir d’eaux usées étanche
  • Un réservoir d’eaux usées gris ou noir : 12 litres par personne
  • Tuyau d’évacuation : trois mètres pour un réservoir fixe ou suffisamment long pour être connecté à un réservoir portable
  • Une poubelle avec un couvercle
  • Des toilettes (fixes ou portables). Elles doivent pouvoir contenir au minimum trois litres par personne par jour et pouvoir être utilisées à l’intérieur du véhicule lorsque le lit est déplié
Schéma Self Contained

Schéma des équipements requis pour la certification self-contained

Crédit : RV Super Centre
Carte Self-Contained

Carte self-contained sur le pare-brise

Les sites de location indiquent clairement si les véhicules présentés sont certifiés self-contained ou non. Si vous choisissez un self-contained, la carte suivante sera collée à gauche du pare brise ou sur la fenêtre avant gauche pour que les policiers et les rangers puissent la voir depuis le bas-côté.

Autocollant self-contained à l’arrière

L’autocollant suivant peut aussi être collé à l’arrière du véhicule.

Ça coûte plus cher de louer un van self-contained ?

Selon notre enquête, la location d’un van self-contained coûte en moyenne 102 NZ$ (61 €) par jour assurance comprise contre 87 NZ$ (52 €) par jour pour un van non self-contained.

Les voyageurs qui ont loué un van self-contained ou dépensé en moyenne 4 NZ$ (2,5 €) par jour en camping pour l’ensemble des passagers contre 10 NZ$ (6 €) par jour pour ceux qui ont loué un van non self-contained.

Vous n’économiserez donc pas assez en camping avec un van self-contained pour compenser le surcoût de la location. Cependant, 53 % des tourdumondistes qui louent un van en Nouvelle Zélande optent pour un modèle certifié self-contained pour avoir plus de liberté.

Camping

La nuit, vous devrez trouver un endroit où stationner votre véhicule pour dormir. Nous allons passer en revue les différents types d’emplacements de camping en Nouvelle Zélande.

Camping sauvage

En Nouvelle Zélande, le camping sauvage (freedom camping) est autorisé à condition d’avoir un véhicule certifié self-contained et de ne laisser aucun déchet sur place. Il est, en théorie, autorisé de garer votre véhicule gratuitement la nuit sur tout terrain appartenant au domaine public.

Cependant, pour protéger l’environnement et le confort des résidents locaux face à l’augmentation du nombre de touristes, de nombreuses municipalités restreignent maintenant ce droit.

Vous ne pourrez donc passer la nuit que dans les endroits où il n’y a pas de panneau “no freedom camping”, “no overnight parking” ou “no overnight stay” et il y en a beaucoup. Lorsque l’emplacement est autorisé uniquement aux véhicules self-contained, vous verrez ce type de panneau.

Si votre véhicule est non self-contained, vous devrez trouver des emplacements équipés de toilettes et autorisés pour ce type de véhicule.

Si êtes pris par la police sur un emplacement non autorisé, vous risquez une amende de 200 NZ$ (120 €).

Panneau Camping

Camping interdit

Panneau Camping

Camping interdit, camping à 4 km

Panneau Camping

Camping autorisé uniquement pour les véhicules self-contained

Panneau Camping

Début de zone de camping autorisée pour les véhicules self-contained

Campings du DOC

Le Departement of Conservation (DOC) est l’organisme en charge de la conservation des sites naturels et historiques en Nouvelle Zélande. Il gère plus de 200 campings à travers le pays.

C’est l’une des solutions les plus économiques pour voyager en Nouvelle Zélande. Vous les trouverez dans deux guides en pdf : un pour l’île du nord et un autre pour l’île du sud. Vous pouvez aussi consulter la carte des sites de camping du DOC sur leur site.

Il n’est pas possible de réserver les campings du DOC. Les premiers arrivés sont les premiers servis.

Les camping du DOC se répartissent en six catégories :

  • Basic campsites : gratuits – toilettes basiques et point d’eau – réservés aux véhicules self-contained
  • Backcountry campsites : prix variable, souvent 6 NZ$ (3,50 €) adulte / 3 NZ$ (2 €) enfant – toilettes basiques, point d’eau, table de pique-nique et abris de cuisine
  • Standard campsites : 8 NZ$ (5 €) adulte / 4 NZ$ (2,50 €) enfant – toilettes basiques, point d’eau, table de pique-nique, abris de cuisine, douches froides et poubelles
  • Scenic campsites : 13 NZ$ (8 €) adulte / 6,50 NZ$ (4 €) enfant – même équipement que dans les Standard campsites, mais dans des cadres magnifiques – il y a parfois des emplacements avec électricité : 16 NZ$ (10 €) adulte / 8 NZ$ (5 €) enfant
  • Serviced campsites : 18 NZ$ (11 €) adulte / 9 NZ$ (5,50 €) enfant – toilettes modernes, eau courante, douches chaudes, table de pique-nique, abris de cuisine et poubelles – il y a des emplacements avec électricité : 21 NZ$ (13 €) adulte / 10,50 (6,50 €) NZ$ enfant
  • Great Walk campsites : accessibles seulement à pied – 6 à 20 NZ$ (3,50 à 12 €) adulte / gratuit pour les enfants – toilettes basiques et point d’eau, parfois table de pique-nique et abris de cuisine

Il existe une carte de réduction du DOC, qui coûte 25 NZ$ (15 €) par adulte. Il existe un forfait famille pour deux adultes et deux enfants qui coûte 75 NZ$ (45 €). Cette carte vous permet d’économiser jusqu’à 50 % dans 90 campings du DOC. Vous pouvez l’acheter auprès de votre société de location. Plus d’infos sur le site du DOC

Campings privés

Les campings privés sont généralement très bien tenus. Ils coûtent environ 15 à 20 NZ$ (9 à 12 €) par personne, avec un supplément de quelques dollars si vous avez besoin d’électricité pour votre van ou votre camping-car.

Camping chez l’habitant

Le site Okay2stay vous permet de dormir dans votre van ou votre camping-car chez l’habitant à condition qu’il soit self-contained. Le principe est de soutenir les producteurs locaux. Vous n’avez donc rien à payer à votre hôte, mais vous pouvez lui acheter du vin, de la bière, du fromage, des produits frais ou de l’artisanat. L’adhésion au site coûte 59 NZ$ (35 €) pour un an.

Camping

Les campings en Nouvelle Zélande, c’est plus sympa que les Flots Bleus.

Crédit : Les Oumalou’s autour du monde

Où stationner dans les grandes villes ?

En Nouvelle Zélande, il n’y a pas de très grandes villes à part Auckland et Christchurch. Même Wellington, la capitale n’a que 200 000 habitants. Dans les centres-villes, le stationnement coûte cher et il est limité en temps, ce qui vous empêchera de dormir dans votre véhicule.

Comment trouver les emplacements autorisés ?

La plupart des voyageurs véhiculés utilisent les applis Campermate, Wikicamp ou Rankers pour trouver les emplacements autorisés pour passer la nuit. Sur les cartes de ces applis, vous pouvez soit afficher tous les emplacements, soit afficher uniquement les emplacements autorisés aux véhicules non self-contained. Vous pourrez aussi y trouver des stations de vidange pour vider votre réservoir d’eaux usées et des stations service pour faire le plein.

Conduite en Nouvelle Zélande

Permis international

En Nouvelle Zélande, le permis de conduire international est obligatoire si vous venez d’un pays non anglophone. Attention, il ne remplace pas votre permis français. Il s’agit juste d’une traduction officielle dans une dizaine de langues. Vous devez donc aussi emporter votre permis français.

Le permis international est gratuit. Vous le recevrez normalement sous maximum cinq semaines, mais les délais sont parfois beaucoup plus longs. Pour éviter toute mauvaise surprise, faites votre demande au moins trois mois avant votre date de départ.

Depuis le 30 mai 2018, vous devez obligatoirement faire une pré-demande en ligne.

Pour cette pré-demande, vous aurez besoin des documents suivants, scannés ou photographiés :

  • Pièce d’identité
  • Justificatif de domicile
  • Permis de conduire

Quand vous aurez fini votre pré-demande en ligne, vous devrez envoyer les documents suivants par courrier à l’adresse qui vous sera indiquée en fin de procédure :

  • Attestation de dépôt de demande en ligne
  • Photo d’identité
  • Enveloppe pré-affranchie avec vos nom, prénom et adresse

Votre permis international est valable trois ans ou jusqu’à la fin de validité de votre permis de conduire si elle est inférieure à trois ans. Il est renouvelable en fournissant les mêmes documents que pour une première demande.

Plus d’infos sur Service-public.fr

Si vous n’avez pas réussi à avoir votre permis international à temps, vous devrez faire traduire votre permis français par un traducteur agréé par la NZTA (New Zealand Transport Agency). Ça prend 48 heures et c’est payant.

Conduire à gauche

Comme au Royaume Uni ou en Australie, on roule à gauche en Nouvelle Zélande. Si vous n’avez jamais conduit à gauche, ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas si difficile que ça en a l’air.

Conduite à Gauche

C’est quand même plus facile quand il y a des flèches sur la route !

Crédit : Julie Bonhomme
  • Quand vous êtes dans un flux de circulation, il suffit de vous laisser porter.
  • Faites attention la première fois que vous roulez seul sur une route de campagne. Roulez doucement au début, le temps de prendre vos repères.
  • Si vous voyagez à plusieurs, demandez à votre passager de faire bien attention à votre conduite pour qu’il puisse vous prévenir en cas d’erreur.
  • Le levier de vitesse est à gauche du volant, mais l’ordre des vitesses est le même que sur les véhicules qui ont un volant à gauche. Il faut juste s’habituer à les passer avec la main gauche. Après quelques coups de main dans la portière de droite, ça viendra vite.
  • Les pédales sont placées de la même façon que sur les véhicules qui ont un volant à gauche.
  • Si vous louez un véhicule automatique, il n’y a que deux pédales : l’accélérateur et le frein. Vous n’aurez pas besoin de changer les vitesses et pourrez donc vous concentrer totalement sur le sens de circulation.

Conduire un van ou un camping-car

Si vous n’avez pas l’habitude de conduire un gros véhicule, voici quelques conseils pour conduire un van ou un camping-car :

  • Pensez toujours à la hauteur de votre véhicule, notamment quand vous vous garez sous des arbres ou des abris.
  • Faites attention aux poids lourds qui vous dépassent. On ressent beaucoup plus la “gifle” de l’air quand on conduit un gros véhicule.
  • Votre véhicule a plus de prise au vent qu’une voiture. Restez bien sur votre voie quand vous entrez sur un pont ou quand il y a beaucoup de vent.
  • Anticipez les actions des autres véhicules. Les distances de freinage et d’accélération en van ou en camping-car sont plus longues qu’en voiture. Allongez vos distances de sécurité.
  • Roulez de préférence de jour pour éviter les mauvaises surprises la nuit.
  • Faites attention en doublant sur les routes sinueuses et aux projections de graviers qui peuvent vite endommager votre pare-brise. Les assurances des loueurs prennent rarement en charge ce type de dommage.

Code de la route

En dehors de la conduite à gauche, le code de la route néo-zélandais n’est pas très différent du code français. Cependant, si vous voulez vous familiariser un peu avec les règles locales avant d’arriver, vous pouvez faire ce test en ligne (en français).

Voici les principales règles à respecter :

  • La priorité à droite reste une priorité droite bien que vous rouliez à gauche.
  • La circulation dans les ronds-points se fait dans le sens des aiguilles d’une montre, soit l’inverse de chez nous.
  • Les dépassements se font par la droite.
  • La vitesse est limitée à 100 km/h sur les routes et autoroutes (90 km/h pour les camping-car) et à 50 km/h en ville. Il y a généralement des panneaux qui indiquent les limitations.
  • Comme en France, il est interdit d’utiliser un téléphone sans kit mains-libres.
  • La limite d’alcool autorisée est de de 0,5 g/l de sang, comme en France. Si vous avez moins de 20 ans, elle est par contre de 0 g/l de sang.
  • Vous n’avez le droit de vous garer que dans le sens de la circulation, c’est-à-dire à gauche, sauf si la rue est à sens unique.
  • Seule la moitié des passages à niveau ont des barrières automatiques en Nouvelle Zélande. Souvent, il n’y a qu’un panneau stop ou give way (cédez le passage)
  • Les enfants de moins de huit ans doivent être installés dans un siège adapté.
Passage à Niveau

Il n’y a souvent pas de barrière aux passages à niveau.

Crédit : Les Oumalou’s autour du monde

Si vous êtes vraiment motivés, vous pouvez consulter le code de la route néo-zélandais complet.

Les radars sont nombreux et les amendes coûtent cher. De plus, les sociétés de location vous feront payer des frais de dossier pour traiter les amendes reçues pendant votre location.

Routes interdites par les loueurs

Pour des raisons de sécurité, les routes suivantes sont généralement interdites par les sociétés de location (ça peut varier en fonction du loueur) :

  • 90miles beach
  • Le nord de Colville (Coromandel)
  • Skipper Canyon (Queenstown)
  • Ball Hutt Road (Mont Cook)
  • Bluff Road entre Kuaotunu et Matarangi

Ferry entre les deux îles

Compagnies maritimes

Si vous visitez les deux îles, vous devrez mettre votre véhicule sur un ferry pour traverser le détroit de Cook entre Wellington et Picton ou en sens inverse. Deux compagnies assurent ce service : Interislander et Bluebridge. Elles ont des services et des prix très similaires. Votre principal critère de choix sera donc sans doute les horaires.

Le trajet dure trois heures. Il y a généralement cinq départs par jour avec Interislander et quatre avec Bluebridge.

Tarifs

Il existe trois types de tarifs qui ont des noms différents dans les deux compagnies :

  • Websaver ou Saver Sail : non remboursable en cas d’annulation, le moins cher (tarif pas toujours disponible)
  • Saver Change ou Super Sail : remboursable à 50 % en cas d’annulation, prix intermédiaire
  • Easy Change ou Flexi Sail : remboursable à 100 % en cas d’annulation, le plus cher

Les prix varient beaucoup en fonction du type de tarif, de la taille de votre véhicule, du nombre de passagers, de la saison et de combien de temps à l’avance vous réservez. Les trajets de nuit sont généralement moins chers, mais le magnifique panorama pendant la traversée vaut bien quelques dollars de plus.

Les répondants à notre enquête ont payé en moyenne pour leur traversée :

  • Voiture avec deux passagers : 205 NZ$ (122 €)
  • Van avec deux passagers : 250 NZ$ (149 €)
  • Camping-car avec quatre passagers : 400 NZ$ (238 €)
Ferry Picton

L’arrivée du ferry à Picton est magnifique.

Crédit : Clélia Kessler

Comment réserver ?

Lorsque vous réserverez votre véhicule, votre société de location vous proposera sans doute de réserver le ferry en même temps. Cependant, la plupart des répondants à notre étude ont réservé le ferry directement sur le site de l’une des deux compagnies maritimes. Ils ne demandent pas la plaque d’immatriculation pour les voitures de location, vous pouvez donc réserver le ferry avant de récupérer votre véhicule. La fréquentation dépend beaucoup de la période. Il est généralement possible de réserver quelques jours avant pour ne pas vous bloquer, mais pendant les vacances scolaires néo-zélandaises, il vaut mieux réserver deux ou trois semaines à l’avance.

Rendre le véhicule avant de traverser

Si vous voulez économiser le prix du ferry pour votre véhicule, vous pouvez faire deux locations différentes : une pour chaque île. Par exemple, vous louez un véhicule à Auckland et vous le rendez à Wellington, vous prenez le bateau à pied, puis vous louez un autre véhicule à Picton et vous le rendez à Christchurch.

Certaines sociétés de location interdisent de prendre le ferry avec leur véhicule. Elles vous proposeront alors de déposer votre véhicule à Wellington ou à Picton, de prendre le bateau à pied et d’en récupérer un nouveau de l’autre côté, le tout dans le même contrat de location.

Par contre, vous devrez quand même payer le prix de la traversée piéton : 65 NZ$ par personne. Vous perdrez du temps à faire le changement de véhicule et vous devrez le vider et transporter tout votre équipement à pied dans le bateau. Finalement, les trois quart des répondants à notre étude ont mis leur véhicule sur le ferry.

Itinéraire

Île du nord et île du sud

La Nouvelle Zélande est constituée de deux îles principales. L’île du Nord est surtout connue pour ses volcans et sa géothermie. Vous y trouverez des geysers, des bains de boue bouillonnants, des piscines de toutes les couleurs. Elle est très verte et luxuriante avec de nombreux lacs, rivières et forêts. Elle est particulièrement prisée pour ses superbes plages de sable blanc.

L’île du Sud, plus étendue, n’héberge pourtant qu’un quart de la population du pays. Elle est donc très sauvage. Elle est traversée sur presque toute sa longueur par la chaîne des Alpes du sud. Elle offre des paysages très contrastés et magnifiques. Chaque région de cette île est particulière.

Combien de temps ?

Il faut compter grand minimum deux semaines par île et idéalement trois ou quatre. Si vous voulez avoir le temps de faire des détours, prévoyez au moins six semaines pour les deux îles. Selon notre enquête, les trois quart des tourdumondistes visitent les deux îles et ils restent en moyenne 28 jours en Nouvelle Zélande. Beaucoup sont donc un peu en mode Speedy Gonzales.

Trajets les plus courants :

  • Christchurch – Auckland (deux îles) : 38%
  • Auckland – Christchurch (deux îles) : 30%
  • Auckland – Auckland (île du nord) : 13%
  • Christchurch – Christchurch (île du sud) : 12%
  • Autres trajets : 8%
Itinéraire Nouvelle Zélande

Un exemple d’itinéraire pour un mois en Nouvelle Zélande

Étapes incontournables

Dans notre enquête, nous avons demandé aux voyageurs par quelle étapes ils étaient passés. Voici les étapes les plus citées dans l’ordre pour chaque île.

Île du nord

  • Auckland
  • Wellington
  • Rotorua
  • Taupo
  • Coromandel
  • Tongariro
  • Taranaki
  • Raglan
  • Waitomo

Île du sud

  • Christchurch
  • Picton
  • Milford Sound
  • Abel Tasman
  • Queenstown
  • Wanaka
  • Mont Cook
  • Dunedin
  • Nelson
  • Lac Tekapo
  • Haast
  • Westport
  • Kaikoura
  • Catlins
  • Franz Joseph Glacier

Tongariro Alpine Crossing

Miford Sound

Milford Sound

Kaikoura

Kaikoura

Côte sauvage de l'île du sud

Côte sauvage de l’île du sud

Crédit : Victor, le frère de Sylvain

Saisons

La Nouvelle Zélande est située dans l’hémisphère sud. Les saisons y sont donc inversées par rapport à l’Europe. L’île du Nord a un climat principalement subtropical et l’île du Sud un climat tempéré.

L’été (décembre, janvier et février) offre des températures agréablement chaudes, mais c’est aussi la période la plus chargée. Les sites touristiques sont très fréquentés et le prix des locations est élevé.

L’hiver (juillet août et septembre), il fait froid. La circulation peut être compliquée par la neige, surtout dans les routes de montagne et il faut avoir un véhicule vraiment bien isolé pour pouvoir y dormir. C’est la bonne saison pour faire du ski et les locations de véhicule ne sont vraiment pas chères.

Voyager pendant les mi-saisons, en octobre – novembre ou en mars – avril, représente un bon compromis entre le climat et la fréquentation.

Climat à Auckland

Mois Max. / Min.(°C) Pluie
janvier 24° / 16° 7 jours
février 24° / 17° 6 jours
mars 23° / 15° 6 jours
avril 20° / 13° 8 jours
mai 18° / 11° 12 jours
juin 15° / 9° 12 jours
juillet 14° / 8° 15 jours
août 15° / 8° 12 jours
septembre 16° / 10° 10 jours
octobre 18° / 11° 10 jours
novembre 19° / 13° 7 jours
décembre 22° / 15° 8 jours

Climat à Christchurch

Mois Max. / Min.(°C) Pluie
janvier 23° / 12° 5 jours
février 22° / 12° 4 jours
mars 20° / 10° 5 jours
avril 17° / 7° 5 jours
mai 14° / 4° 6 jours
juin 11° / 1° 7 jours
juillet 11° / 1° 6 jours
août 12° / 3° 6 jours
septembre 15° / 4° 5 jours
octobre 17° / 6° 6 jours
novembre 19° / 8° 5 jours
décembre 21° / 11° 6 jours

Visa

Aujourd’hui, vous n’avez pas besoin de visa si vous restez moins de 90 jours en Nouvelle Zélande. Cependant, à partir du 1er octobre 2019, il faudra demander une autorisation électronique de voyage (ETA) en ligne. Elle sera similaire l’ESTA qui est obligatoire pour entrer aux États-Unis. Il faudra payer entre 9 et 12 NZ$ (5 et 7 €). Le site et l’application pour la demander seront disponibles en juillet 2019.

Si vous voulez rester plus longtemps, travailler en Nouvelle Zélande et que vous avez moins de 30 ans, vous pouvez demander un working holiday visa. Il coûte 245 NZ$ (145 €) et il est valable un an.

Il n’y a pas de vaccin obligatoire pour entrer en Nouvelle Zélande.

Empreinte carbone

Si vous vous rendez en Nouvelle Zélande en avion, ce trajet aérien aura beaucoup plus d’impact sur le réchauffement climatique que vos déplacements sur place. Cependant, on vous donne ici le niveau d’émissions de chaque type de véhicule pour que vous puissiez vous faire une idée.

Plus vous louez un petit véhicule et plus il y a de passagers à bord, plus les émissions de CO2 par personne sont faibles.

Empreinte carbone par moyen de transport
en grammes équivalent CO2 par passager et par kilomètre

1 passager 2 passagers 3 passagers 4 passagers
Voiture moyenne 253 g 127 g 84 g 63 g
Monospace ou 4×4 316 g 158 g 105 g 79 g
Van 412 g 206 g 137 g 103 g
Camping-car 506 g 253 g 169 g 126 g

Source : Base Carbone de l’ADEME

Ces chiffres incluent les émissions de CO2 des véhicules, mais aussi les émissions indirectes liées à leur fabrication, à l’extraction, au raffinage et au transport des carburants et les émissions fugitives de gaz frigorigènes fluorés associées à la climatisation.

Voir notre dossier Comment limiter son empreinte écologique en voyage ?

Tu as aimé cette page ?
Partage là !