Voir tous les dossiers
Transports au Chili, guide en ligne du Chili

Transports au Chili

Avec un réseau routier de qualité, un système de ferries bien connectés et de nombreuses lignes aériennes intérieures, il est assez facile de se déplacer au Chili. Cependant, la géographie du pays et les situations extrêmes Nord/Sud des plus beaux lieux à voir imposent de prendre du temps dans les transports. Alors, pourquoi ne pas suivre l’exemple de l’écrivain globe-trotteur Robert Louis Stevenson, qui avait bien compris que le voyage est aussi important que la destination ?

Notre enquête

Nous avons réalisé une grande enquête du 18 au 21 février 2020 auprès de 645 voyageurs qui ont visité le Chili. Nous leur avons demandé quels moyens de transport ils ont utilisés pour se déplacer à l’intérieur du pays. Les chiffres publiés dans cet article proviennent de cette enquête.

Moyens de transport utilisés par les voyageurs au Chili

Types De Transport utilisés par les voyageurs Au Chili

Les bus interurbains

Pratiques, confortables… et design en plus !

Crédit : Wikimedia

Émissions de CO2 : 50 grammes de CO2 par passager par kilomètre (Source : Base carbone de l’ADEME)

Au Chili, un large réseau de bus longue distance dessert tout le pays. Il s’agit du moyen de transport le plus utilisé par les voyageurs.

La concurrence entre les nombreuses compagnies permet d’obtenir un bon rapport qualité/prix. Vu les kilomètres à parcourir, voyager en bus prend du temps, mais grâce à la ponctualité, au confort et à l’efficacité du réseau, vous pourrez profiter des paysages sereinement.

Voir notre dossier complet sur les bus au Chili.

La location de voiture

Route Carretera Austral

Atteindre les endroits les moins accessibles

Photo : Thomas Kerhervé

Émissions de CO2 : 316 grammes de CO2 par passager par kilomètre (pour un Toyota Land Cruiser avec un seul passager à bord)
(Source : Base carbone de l’ADEME)

D’après notre enquête, plus d’un voyageur sur trois a loué un véhicule durant son séjour.

Avoir votre propre moyen de transport s’avère intéressant pour rayonner autour d’une ville ou visiter une région précise du Chili. Louer une voiture vous confère une grande liberté, mais revient cher sur la durée.

Voir notre dossier complet sur la location de voiture au Chili.

L’avion

Émissions de CO2 : 293 grammes de CO2 par passager par kilomètre (Source : Base carbone de l’ADEME)

Sur les longues distances, l’avion permet de gagner du temps et ne coûte parfois pas plus cher qu’un trajet en bus. Par ailleurs, ce mode de transport se présente souvent comme l’alternative la plus pratique pour rejoindre le Sud et s’y déplacer.

Compagnies aériennes

Le Chili possède plusieurs compagnies aériennes nationales. LATAM offre le plus grand choix de liaisons. Vous pouvez également voyager avec Sky Airlines (deuxième compagnie du pays) et JetSmart (compagnie low cost). La plupart des villes importantes disposent d’un aéroport à proximité. L’aéroport international de Santiago dispose d’un terminal réservé aux vols intérieurs.

Prix

Généralement, on obtient un prix plus intéressant en achetant son billet à l’avance et en prenant un aller-retour.

Pour obtenir les meilleurs tarifs avec LATAM, connectez-vous sur le site internet chilien de la compagnie (accessible uniquement dans le pays). Elle y propose parfois des offres promotionnelles, surtout pour les itinéraires les plus fréquentés.

Si vous voyagez souvent avec LATAM ou des compagnies aériennes One World (American Airlines, British Airways, Cathay Pacific, Qantas, Iberia…), souscrivez au programme Latam Pass. Il vous permet de cumuler des points et de les échanger contre des billets ou un surclassement.

L'auto-stop

Émissions de CO2 : Si vous voyagez en auto-stop, vous utiliserez des véhicules qui émettent du CO2. Cependant, on considère que ce mode de transport ne contribue pas au réchauffement climatique, car aucun automobiliste n’utilisera sa voiture dans le seul but de prendre un auto-stoppeur.

D’après notre enquête, 20 % des voyageurs ont fait de l’auto-stop durant leur séjour au Chili.

De nombreux véhicules empruntent la panaméricaine (route 5) qui traverse le pays du nord au sud. Ils peuvent s’arrêter facilement, car elle ressemble à une nationale. Vous y avancerez donc assez vite. Il faudra toutefois vous écarter de cette route principale pour découvrir le pays.

L’attente peut être longue dans les zones plus reculées où il y a peu de trafic. Sur la Carretera austral, vous ne serez certainement pas le seul auto-stoppeur. Si vous voyagez hors saison, armez-vous de patience !

Freshly Showered

Une touche d’humour est toujours la bienvenue

Le bateau

Émissions de CO2 : 267 grammes de CO2 par passager par kilomètre (Source : Base carbone de l’ADEME)

Selon notre enquête, 18 % des voyageurs ont pris au moins un fois le bateau durant leur séjour au Chili.

Le Chili compte de nombreux ports maritimes, mais ce moyen de transport concerne essentiellement le Sud du pays. De la simple traversée à la croisière de plusieurs jours, le bateau est souvent un choix touristique. Le célèbre itinéraire de Navimag vous emmène pour un superbe voyage de trois nuits à travers les fjords de Patagonie entre Puerto Montt et Puerto Natales. Les voyageurs empruntent également le ferry dans la région des lacs, par praticité et pour des trajets plus courts.

Il existe plusieurs compagnies maritimes. Elles opèrent en général chacune dans une région différente.

Les taxis et les colectivos

Les colectivos sont des voitures noires qui ressemblent à des taxis. Sur leur toit, un panneau indique le terminus ainsi que les points d’arrêts. Vous devez payer une somme forfaitaire, quel que soit votre trajet. Vous pouvez demander à ce que l’on vous dépose directement chez vous moyennant un petit supplément.

Les colectivos demandent généralement entre 700 et 1 500 $CH en ville (de 0,75 à 1,65 €).

Un peu plus chers que les colectivos, les taxis se prêtent parfaitement aux trajets plus courts. Si le taxi n’a pas de compteur, demandez le tarif avant de monter.

Un taxi à Santiago facture 300 $CH pour la prise en charge (0,35 €) puis 750 $CH le kilomètre (0,80 €).

Les applications de transport privé Beat, Cabify, Didi et Uber sont disponibles au Chili.

Colectivos Talca

Ils ressemblent à des taxis, ils sont nombreux comme les taxis, mais ce ne sont pas des taxis… Les colectivos !

Crédit : Wikimedia

Le métro

Seule Santiago dispose d’un métro. C’est un moyen de transport sûr qui dessert très bien les points d’intérêts de la ville.

Pour accéder au métro, vous devez avoir la carte bip. Elle coûte 1,70 €. Vous pouvez la charger du montant que vous désirez. Elle n’est pas remboursable.

Les prix des trajets varient en fonction de l’heure et du jour de la semaine. Un trajet pendant l’heure de pointe (du lundi au vendredi 7h-9h / 18h-20h) coûte 800 $CH (0,90 €). Vous pouvez circuler pendant deux heures et effectuer deux transferts maximum.

Plan Metro Red Santiago

Unique métro du pays !

Plan du métro

Les micros

Ces bus circulent à l’intérieur des villes et vers les villes voisines. Ils desservent beaucoup d’endroits, mais sans horaires fixes. La destination est inscrite sur une pancarte posée à l’avant du bus.

À Santiago, un ticket de bus “micros” coûte 660 $CH (0,70 €) à tout moment de la journée et de la semaine. Vous réglez avec votre carte bip. Vous n’êtes pas débité si vous sortez du métro.

Micros Bus Chili

Pas toujours facile de se repérer au début :/

Crédit : Wikimedia

Le vélo

De plus en plus de voyageurs décident de parcourir le Chili à vélo. L’expérience demande de la préparation et un bon équipement, mais promet d’être inoubliable.

Les principaux paramètres à prendre en compte sont la météo et la géographie du pays. Au Nord, les distances entre les villes sont grandes et vous trouverez peu de points d’eau. Au Sud, les pluies fréquentes et les vents forts viendront compliquer un peu la tâche.

Vous pouvez arriver au Chili avec votre vélo ou l’acheter sur place. Comptez au minimum 170 € pour un VTT neuf. En location, les prix pour un vélo classique varient entre 9 et 13 € par jour. Quand la région le nécessite, un VTT vous coûtera environ 20 € par jour.

Explorer le Chili à Velo Normand Pion

Explorer le Chili à vélo : promenade ou exploit sportif ?

Photo : Normand Pion

Le train

Le Chili a favorisé le développement d’un excellent réseau routier aux dépens de ses lignes ferroviaires. Il reste quelques lignes de chemin de fers qui permettent de relier certaines villes entre Santiago et Puerto Montt.

Les Metrotren Nos et Racangua circulent depuis le centre de Santiago vers le sud. Un train longue distance part de la gare centrale jusqu’à Chillan. Des trains urbains circulent également à Valparaiso et à Concepcion.

Retrouvez toutes les informations utiles sur le site de la société de chemin de fer nationale chilienne.

D’autres liaisons ont un intérêt plus historique que pratique.

Par exemple, le train “del recuerdo” circule de Santiago jusqu’à San Antonio sur la côte, vous traversez la campagne chilienne. Le train date des années 1930, vous pouvez profiter du wagon-restaurant pendant le voyage.

Une autre ligne historique “El Valdiviano” longe la rivière Calle Calle, elle relie Valdivia à Antilhue seulement en été. Vous circulez à bord d’une locomotive de 1913.

Tu as aimé cette page ?
Partage là !